L’art et la (bonne) manière de se parfumer


Présence invisible, un parfum bien choisi s’immisce dans notre chimie intime pour en révéler les facettes les plus subtiles. Il s’exprime encore mieux lorsqu’il emprunte à la rencontre amoureuse certains de ses bons usages.

Un parfum, une identité
Parce que c’est lui, parce que c’est moi. Il en va du parfum comme de l’amour, l’alchimie se crée ou n’a pas lieu. Pourquoi un parfum nous plaît-il ? Difficile de répondre. Il nous parle, nous révèle, nous complète. Le rôle du parfum est de transcender ce qui nous vient de l’animal, savoir se repérer grâce à l’odeur, laisser une trace de nous. Inconsciemment, lorsque nous nous parfumons, nous souhaitons laisser un sillage, telle la signature de notre identité. Une empreinte olfactive qui se révèle être la forme la plus intense du souvenir.

Entre le parfum et la chair, il existe davantage qu’une proximité d’agrément. Une fragrance qui nous correspond renforce notre confiance. Inadaptée, elle nous fait vivre à côté de nous-même. Et si le mystère de l’attachement nous dépasse, nous pouvons mettre toutes les chances de notre côté grâce au code du savoir-vivre parfumé.

S’ouvrir à la rencontre
Le matin – parce qu’au réveil le nez est plus frais –, avant de partir à sa recherche, n’utilisez ni déodorant ni lait pour le corps, aucune interférence olfactive ne doit venir troubler votre tête-à-tête avec lui.

Ne brûlez pas les étapes. Sentez-le d’abord sur les mouillettes mises à votre disposition dans les parfumeries. Puis, s’il retient votre attention, vaporisez-le sur l’intérieur de votre poignet. Laissez-le reposer quelques heures avant de vous décider. Prenez le temps de l’apprivoiser. Observez la façon dont il évolue sur vous. Selon le pH de la peau (acide ou basique), son taux de lipides (le parfum tient mieux sur une peau grasse que sèche), mais aussi la température du corps, l’alimentation, le climat, l’état hormonal…, il exhalera une fragrance différente.

Laissez-le s’installer en douceur et s’évaporer naturellement. Ne frottez pas vos poignets l’un contre l’autre, vous écraseriez les molécules olfactives, ce qui dénature la fragrance. Pour cette raison, privilégiez les vaporisateurs aux bouteilles avec bouchon. Ne multipliez pas les essais. Au-delà de trois ou quatre parfums, l’odorat sature.

Ne le jugez pas trop vite. Sentir un parfum dé­clenche souvent des réactions tranchées et définitives : « J’aime » ou « Je n’aime pas ». Or, certains jus ne provoquent pas de coup de foudre, on apprend à les aimer, surtout ceux qui se diffusent très lentement sur la peau, ce sont souvent les plus beaux. Laissez-les s’exprimer et méfiez-vous des emballements trop fulgurants. Vous pouvez aussi vous munir d’une pièce en tissu naturel : soie, mouchoir en fil ou simple boule de coton hydrophile – c’est un excellent support – que vous ferez parfumer. Enfermez-la dans une boîte type pilulier. Cela vous permettra de sentir à « nez reposé » et de parfaitement distinguer les notes de fond du parfum, c’est-à-dire son identité, son « empreinte ». Celles qui deviendront votre signature.

Apprendre à se connaître
Avant d’adouber le nouvel élu de votre cœur, passez une nuit entière avec lui. Ce qui est « senti » avant de s’endormir est parfaitement fixé dans la mémoire, et la chaleur des draps forme une bulle ; c’est la meilleure façon de s’immerger dans la senteur. Si elle ne vous plaît pas, vous pourrez l’éliminer avec la toilette du matin, plutôt que de la subir durant toute une journée.

Écoutez-vous, certains signes ne trompent pas. Vous l’avez aimé sur un(e) autre, il vous rappelle de bons souvenirs mais, sur vous, il ne tient pas ? N’insistez pas, il n’est pas fait pour vous. Écoutez ceux qui le connaissent vraiment vous parler de lui, vous apprendre à déchiffrer son alphabet. Les conseillères en parfumerie par ­ex­emple. Le discours, les mots pour le décrire sont importants. Ils vous permettront de mieux l’aimer, d’en découvrir des facettes insoupçonnées.

Découvrez sa quintessence, c’est-à-dire l’expression la plus pure du parfum, celle qui a le plus d’aura, essayez l’extrait. Un nez (créateur de parfum) pense d’abord en termes d’extrait avant de le décliner dans d’autres concentrations (eau de parfum, eau de toilette…). Intimistes et durables, quelques gouttes à peine, vaporisées le matin, vous parfumeront jusqu’au soir. Attention, l’extrait est gras et peut tacher les vêtements (surtout s’ils sont clairs ou en soie) et les bijoux. Vaporisez-le toujours sur peau nue. Et attendez qu’il se soit complètement évaporé pour vous habiller.

 Faire évoluer la relation
Protégez-le, c’est une matière vivante et ultra­sensible. Conservez-le dans son étui, ne le laissez pas ouvert ou au soleil, à côté d’une fenêtre ou d’une source lumineuse. Il craint l’air, les variations de température et la lumière. Aussi, n’achetez pas des grandes contenances – exception faite des eaux de Cologne, qui s’utilisent généreusement –, il risquerait de s’altérer. Vous pouvez le garder au frais, dans le bas du réfrigérateur, il durera très longtemps.

Portez-le bien. Pour profiter de sa présence toute la journée, commencez par déposer quelques gouttes d’extrait « partout où vous souhaiteriez être embrassée », selon la célèbre phrase de Coco Chanel, surtout sur la nuque, à la lisière de la chevelure (celle-ci retient magistralement les odeurs) et derrière les oreilles. Une fois habillée, vaporisez l’eau de parfum ou l’eau de toilette en traçant un grand triangle, du sommet de vos cheveux à l’intérieur de votre veste.

Tentez de nouvelles inflexions. Concrète (parfums sous forme solide), crème pour le corps, version pour les cheveux…, il existe mille nuances pour s’enivrer de votre parfum fétiche. La plus classique : adopter les dérivés de la même gamme. Accordez-vous aux saisons. L’été, renoncez aux intensités trop puissantes (extraits, eaux de parfum). Préférez-leur des eaux de toilette, des eaux fraîches ou des eaux de Cologne, universelles, qui ont le bon goût de sortir de l’ascenseur avec vous !

Vous ne le sentez plus… Renforcez sa tenue en hydratant généreusement votre corps : plus la peau est hydratée, plus le parfum « s’agrippe ». Vaporisez-le sur l’épiderme encore tiède, après la toilette, les pores étant encore ouverts. Et si cela ne suffit plus, quittez-le ! Quelques jours, quelques semaines, c’est la meilleure façon de le retrouver.