Art vestimentaire / Hortense Kouao M’Bahia: «La robe, l’atout femme…»


Passionnée de mode et d’art vestimentaire, Madame Hortense Kouao M’Bahia est une vendeuse d’articles féminins, particulièrement des robes. Dans son univers, elle en a sous toutes les coutures et donne souvent des conseils avisés à ses clientes. Pour les lectrices de Top Visages, Madame «Anas Online Boutique» donne quelques orientations sur le port de la robe pour les petites et surtout les grandes.

• En général, on dit que la robe est plus réservée aux petites filles qu’aux adultes, c’est votre avis ?
- Non, pas du tout ! Tout le monde peut porter la robe, il n’y a pas de restriction.

Seulement, il y a une différence entre les robes pour enfants et celles pour grandes dames. J’avais à l’époque un magasin de robes pour enfants et je peux vous assurer que «les parkings sont partagés» (rires).

• C’est quoi la différence ?
- Il y a déjà la taille des robes et la conception elle-même.

Pour les petites filles, on se permet beaucoup de volants, de froufrous et de graphisme. On a par exemple beaucoup de fleurs, des personnages amusants de dessins animés ou de films imprimés sur les tissus, des robes à capuche (pour couvrir leur tête, par exemple) alors que chez les adultes, ce sont des robes classiques, sobres tant au niveau de la coupe que des couleurs.

Chez les petites filles, on n’hésitera pas à concevoir des robes aux couleurs gaies, frappantes, éclatantes tandis que chez leurs ainées, on a un caractère un peu plus strict de la chose.

Et puis, les enfants qui ont d’ailleurs la peau très fragile sont généralement habillés dans des matières comme le coton, qui est plus conseillé alors que les plus grands se permettent un peu de tout. Mais on peut dire que la robe est un atout vestimentaire pour la femme.

• Pourtant, il y a des modèles qui sont portés autant par les enfants que par les grandes personnes. Certaines mamans aiment bien s’habiller en uniforme avec leurs enfants…
- Oui, par exemple, les robes que je vends sont portées par les adolescentes et leurs mamans. Tout dépend du modèle. On ne fera pas porter à une petite fille la robe avec large fente ou la robe avec décolleté de sa mère. Il y a des limites.

• En quelles circonstances conseillez-vous le port de la robe ?
- Cela dépend des activités. Une robe peut se porter en toute circonstance, mais il faut savoir la choisir.
Pour les tenues de bureau, je conseille des robes aux coupes droites, sobres qui ont cependant un côté pratique si elles ne sont pas trop étroites. Les épaules doivent être couvertes, il faut éviter le trop grand décolleté et pour la longueur, une robe au niveau du genou, c’est pas mal. Eviter les couleurs trop criardes.

La simplicité est plus convenable dans le milieu du travail.

Pour les tenues de soirée, je conseille des robes un peu plus osées, fantaisistes que celles qu’on utilise tous les jours ou pour aller au travail. Les matières sont légères, fluides, la coupe peut être droite ou évasée, les couleurs peuvent être sombres ou gaies. Un peu de brillant aussi pour celles qui aiment bien scintiller ou taper à l’œil. La robe peut être longue allant jusqu’aux chevilles ou au contraire au dessus du genou en version mini.

Pour les petites sorties entre copines ou avec son amoureux, on peut se permettre des décolletés avant ou dans le dos, jouer sur la longueur de la robe, la fantaisie et même la matière. C’est une combinaison de tout pourvu qu’on se sente à l’aise et qu’on ne tombe pas non plus dans le vulgaire.