Cancer de la prostate : les pistes pour réduire les risques

Le cancer de la prostate est le cancer le plus courant chez l’homme en France. Les problèmes de prostate restent encore tabous et peu abordés par les hommes au cours des consultations chez le généraliste. Pourtant, un contrôle sérieux et l’adoption d’une bonne hygiène de vie seraient les meilleurs moyens de prévenir la survenue du cancer. Comment détecter le cancer au plus tôt? Comment faire attention à sa prostate ?


Améliorer le dépistage

Avant de penser au traitement de la prostate, il est nécessaire de détecter le problème de manièreprécoce. Aujourd’hui, le dépistage du cancer de la prostates’appuie sur trois méthodes : le dosage du PSA (antigène prostatique spécifique) dans le sang, l’échographie et le toucher rectal. En France, un contrôlerégulier est conseillé à partir de 50 ans. Face au manque d’attention des hommes, les professionnels de la santé préconisent de l’effectuer à partir de 45 ans. En effet, ce type de cancer ne donne des symptômes que lorsqu’il est métastase. C’est dire l’importance d’un dépistageprécoce.

L’AFU, Association française d’Urologie, recommande à tous les hommes d’effectuer un dépistage annuel. En cas d’antécédents de cancers dans la famille, il est préconisé de faire un dépistage assez tôt. Grace à un contrôle fréquent, il est possible d’enrayer la maladie plus efficacement.

Les comportements de prévention à adopter

Si les causes précises du cancer de la prostate sont mal identifiées, il existe tout de même un certain nombre de facteurs de risques connus. Une bonne hygiène de vie permettrait notamment de diminuer l’incidence de l’affection.

Une pratique sportive régulière

L’exercice physique est l’un des éléments les plus importants en termes de prévention du cancer. L’activité permet en effet de lutter contre la prolifération des cellules cancéreuses. En outre, le sport permet de réguler le poids, et donc de diminuer le risque de cancers liés à un surpoids.

Il est conseillé de pratiquer une activité physique 2 h 30 par semaine, à une intensité modérée. Cela correspond à 45 minutes de sport 3 à 4 fois par semaine. Vous pouvez par exemple opter pour la marche, la natation, ou le cyclisme.

Une alimentation saine et équilibré

Une bonne alimentation est le deuxième facteur de réduction des risques. Privilégiez des aliments riches en sélénium et en vitamine E, et les légumineuses. En effet, le sélénium et la vitamine E ont d’importantes propriétés antioxydantes. Ils ont un effet protecteur et réduiraient l’incidence du cancer de la prostate. Vous retrouvez le sélénium dans les noix, les poissons, la levure de bière ou encore les fruits de mer. Le jaune d’œuf, les légumes, les huiles végétales et les amandes sont quant à eux des aliments riches en vitamine E. Au contraire, évitez les apports trop élevés en calcium et la consommation excessive de viande rouge.

Si vous vous posez des questions sur le cancer de la prostate, interrogez votre médecin. Il vous informera sur les démarches de dépistage et leurs conséquences.

 

MouloCrio