3 clefs pour comprendre l'éjaculation précoce (et savoir si vous êtes concerné)


L'éjaculation précoce touche un homme sur cinq, ce qui en fait le trouble sexuel masculin le plus fréquent. Mais à partir de quand une éjaculation rapide devient-elle trop rapide ? Metronews fait le point sur la question.

L'éjaculation précoce est le trouble sexuel masculin le plus fréquent, devant la dysfonction érectile. Et, contrairement à celle-ci, elle n'est pas liée à d'autres pathologies comme le diabète ou l'hypertension artérielle. Touchant un homme sur cinq, elle repose sur trois éléments :

l'éjaculation survient trop vite,
elle n'est pas contrôlée, c'est-à-dire que "l'homme dit qu'elle survient indépendamment de lui", précise à metronews le professeur Pierre Costa, chef du service d'urologie et d'andrologie du centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Nîmes,
elle provoque une souffrance chez l'un ou l'autre des partenaires.

► Tendance naturelle à l'éjaculation rapide


Mais à partir de combien de temps considère-t-on qu'une éjaculation est rapide ? L'andrologue rappelle que, "dans la nature, la tendance est plutôt à l'éjaculation rapide : le coït ne dépasse pas la minute chez tous les animaux, y compris les primates". L'explication est simple : le coït est un moment où les partenaires sont en situation de vulnérabilité par rapport aux prédateurs. D'où un coït de cinq à sept secondes chez les lions (répété néanmoins cinquante fois dans la journée).

"Il n'est pas exclu qu'il y ait une tendance naturelle chez l'homme pour que l'éjaculation survienne tôt", ponctue le professeur Costa. Cette tendance varie selon les individus : "Chaque homme naît avec une vitesse d'éjaculation, il est constitué comme ça, de la même façon qu'il est blond ou brun."


► Attentes irréalistes

Quand est-ce que ce "tôt" se transforme en "trop tôt" ? Les hommes qui se considèrent comme des éjaculateurs rapides éjaculent en moyenne en moins de trois minutes. Parmi eux, se trouvent des hommes dont l'éjaculation est dite ante portas, c'est-à-dire qu'elle survient avant toute pénétration. Pour ceux qui ne se considèrent pas comme éjaculateurs rapides, l'éjaculation survient en sept à neuf minutes en moyenne.

Ces repères sont importants pour les médecins, pour savoir si, derrière la plainte exprimée par les patients, il n'y aurait pas des attentes surréalistes. Des hommes viennent en effet consulter en se plaignant d'une éjaculation qui arrive au bout de vingt minutes parce que leur partenaire trouve que cela va trop vite, qu'ils ont entendu un ami qui affirme que ses rapports durent deux heures ou qu'ils ont pour repères les films pornos...

► Anxiété psychologique et physiologique

Pas étonnant que ces attentes irréalisables provoquent souffrance et angoisse. Un autre des facteurs de l'éjaculation précoce est en effet psychologique. Et "l'anxiété accélère les réflexes, dont celui de l'éjaculation, sans compter qu'elle provoque une mauvaise érection, qui rendra plus difficile le contrôle", ajoute le professeur Costa.

Outre cette peur de ne pas être à la hauteur, les hommes peuvent avoir contracté, dès le premier rapport sexuel, une mauvaise perception de leurs sensations. "L'anxiété devient alors physique. Or un corps bloqué et raide augmente la rapidité de l'éjaculation." Faites donc redescendre la pression. Et n'hésitez pas à en parler avec un sexologue : "L'éjaculation précoce peut provoquer une vraie souffrance, parce que la sexualité fait partie de la vie. Il ne faut pas s'isoler mais en parler, parce que l'on peut faire quelque chose."