Mauritanie: 8 hommes en prison pour avoir“imité des femmes ” lors d’une fête d’anniversaire (Vidéo)

Huit hommes ont écopé d’une peine de prison de deux ans pour avoir “ imité des femmes ” alors qu’ils dansaient lors d’une fête d’anniversaire en République islamique de Mauritanie


Les hommes ont été reconnus coupables d’avoir «commis des actes indécents» et «incité à la débauche» dans le pays islamique après qu’une vidéo d’eux dansant lors d’une fête, initialement considérée comme un mariage gay, soit devenue virale.

Lors d’une interview télévisée le 22 janvier, un commissaire de police local a confirmé que les hommes avaient été arrêtés pour “ imitation de femmes ” lors de la fête d’anniversaire qui, selon les gens, était le premier mariage gay en Mauritanie.

Selon le rapport de police, les hommes ont reconnu être homosexuels mais n’avaient pas de représentation légale à l’époque. Au procès, les accusés ont tous plaidé non coupable et ont relaté leurs déclarations antérieures.

Dans le rapport soumis par la police aux tribunaux, les fêtards ont été décrits comme «imitant les femmes» et comme «sodomiseurs».

Une femme a également été condamnée à un an de prison avec sursis pour “incitation à la débauche” en étant présente à l’événement, tandis que le propriétaire du restaurant présenté a été acquitté.

“Les autorités mauritaniennes n’ont rien à faire d’envoyer quelqu’un en prison pour avoir assisté à une célébration d’anniversaire pacifique”, a déclaré Graeme Reid, directeur des droits LGBT à Human Rights Watch. “Ils devraient immédiatement libérer tous ceux qui ont été condamnés à deux ans pour avoir assisté à cette fête.”

“Les autorités semblent avoir emprisonné les huit accusés au motif que chanter et danser lors d’une fête d’anniversaire est un crime en Mauritanie”, a déclaré Reid.

La Mauritanie ne peut se soustraire à ses obligations de protéger les droits fondamentaux de tous ses citoyens sans discrimination. »

Brahim Bilal, président d’une organisation de défense des droits de l’homme en Mauritanie, a également ajouté: “Il s’agit d’une atteinte grave à la liberté individuelle et collective de ces jeunes qui ont le droit d’afficher leur différence et leurs préférences intimes”.

La Mauritanie applique une loi islamique stricte, connue sous le nom de loi de la charia, et les comportements homosexuels entre adultes musulmans sont passibles de la peine de mort pour les hommes, mais un moratoire de facto est en place sur la peine capitale dans le pays.