Travail des enfants/Déforestation : La Côte d’Ivoire présente ses acquis au Salon de Paris

La Première dame ivoirienne, Dominique Ouattara, et une forte délégation ivoirienne ont pris part du 30 octobre au 3 novembre à la 25e édition du Salon du chocolat à Paris.


Le 31 octobre, en présence de la Première dame de Côte d’Ivoire, des experts en cacaoculture ont expliqué, au cours d’un panel, leur stratégie en matière de lutte contre le travail des enfants et la déforestation.

Il ressort que : « cela fait des années que le premier pays producteur mondial de cacao – 2 millions de tonnes par an – consacre d’énormes ressources pour lutter contre le travail des enfants et le phénomène de la déforestation. Ce dernier cas cité est une conséquence d’une agriculture extensible liée à la cacaoculture qui représente les 15 % du Pib », selon l’exposé des experts.

C’était à la faveur de la 25e édition du Salon du chocolat à Paris, qui s’est déroulé du mercredi 30 octobre au dimanche 3 novembre à Paris, porte de Versailles. A cette occasion, des responsables du Conseil café-cacao, l’organe de régulation, de stabilisation et de développement, ont animé un panel à la journée dite « ivoirienne » du Salon du chocolat. Le thème retenu est « Le travail des enfants dans la chaîne d’approvisionnement du cacao en Côte d’Ivoire ».

Le travail des enfants

Sur ce sujet, « les autorités ne lésinent pas sur les moyens. « Des plans d’action sont financés à coup de milliards de francs Cfa. Sur les périodes de 2012 à 2014 et 2015 à 2017, le gouvernement avait alloué respectivement un budget de 13,7 milliards de francs Cfa et 13 milliards. Ce budget a été multiplié par six et est passé à 76 milliards sur le troisième plan d’action de 2019-2021 ».

Euphrasie Gnigou, directrice pays de la Fondation internationale cocoa initiative (ICI) en poste en Côte d’Ivoire, a indiqué que sa structure veille à « la protection de l’enfant dans les communautés cacaoyères. Elle s’emploie à assurer un avenir meilleur aux enfants et à leurs familles. »

La Première dame, Mme Dominique Ouattara, est également la présidente du Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (Cns). Il a été créé en 2011 par décret présidentiel.

Isabelle Somian