Traçabilité : la Côte d’Ivoire et le Ghana décident d’«améliorer» la norme ISO 34101 avant son application

La Côte d’Ivoire et le Ghana qui fournissent près 60% de la production mondiale de cacao, ont décidé mercredi à Abidjan dans une déclaration conjointe, d’apporter les «améliorations nécessaires » à la norme internationale ISO 34101 sur le « cacao durable et traçable» avant son application dans les deux pays, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.


La norme ISO 34101 sur le cacao durable et traçable est divisée en quatre parties qui portent respectivement sur les exigences relatives aux systèmes de gestion de la durabilité (1), les exigences de performance relatives aux aspects économiques, sociaux et environnementaux (2), les exigences relatives à la traçabilité (3) et les exigences relatives aux systèmes de certification (4).

« Constatant que les parties prenantes de la chaîne de valeur du cacao ne sont pas encore parvenues à un consensus sur le contenu de la norme ISO 34101 sur le Cacao durable et traçable, la Côte d’Ivoire et le Ghana, ont décidé à travers le Conseil du café-cacao et le Ghana cocoa board (organes de régulation) de s’approprier de la norme ISO 34101-4 sur le cacao durable et traçable afin d’y apporter les améliorations nécessaires qui tiennent compte des intérêts de l’ensemble des acteurs », ont indiqué successivement MM. Koné Brahima Yves et Joseph Boahen Aidoo respectivement directeur général du conseil café-cacao et directeur général de Ghana Cocoa Board dans cette déclaration lue devant la presse.

En conséquence, ajoute la déclaration, l’application de la norme ISO 34101 en Côte d’Ivoire et au Ghana, sera « mise en attente le temps de permettre au conseil du café-cacao et au Ghana Cocoa Board de mener à bien leurs travaux».

Justifiant auparavant le bien-fondé de cette décision commune des deux pays, Joseph Boahen, le directeur exécutif de Ghana Cocoa Board a expliqué que « nous ne voulons pas que ces normes fassent du mal à nos producteurs ».

La Côte d’Ivoire et le Ghana, a-t-il souligné, ne sont pas opposés aux normes internationales, « mais nous voulons que nos producteurs soient aux centre de ces normes ».

Le 26 mars 2018, le président ivoirien Alassane Ouattara et son homologue Ghanéen Nana Akufo-Addo se sont engagés dans une déclaration dite « déclaration d’Abidjan» à définir une stratégie commune pour trouver une solution durable aux différents défis du secteur du cacao.

Au titre des résolutions de cette déclaration des deux chefs d’État, les deux pays ont également décidé d’annoncer chaque année de « manière concomitante » le prix du cacao.

La Côte d’Ivoire et le Ghana sont les deux plus grands producteurs mondiaux de cacao avec près de 60% de la production. Leader mondial de cacao, la Côte d’Ivoire représente plus de 40% de la production mondiale avec plus de 1,7 million de tonnes en 2017-2018.

LB/ls/APA