Tabaski 2019 : Le président du COSIM, Al Aïma Boikari Fofana appelle les acteurs politiques à s’approprier la cohésion sociale

La communauté musulmane de Côte d’Ivoire a célébré, ce dimanche 11 août 2019, l’Aïd-El-Kebir communément appelée en Afrique de l’ouest, fête de la tabaski.


A cette occasion, l’officiant de la grande prière à la mosquée d’Aghien, à Cocody, les 2Plateaux, Cheick Al Aïma Boikari Fofana, Président du Conseil Supérieur des Imams, des mosquées et des affaires islamiques en Côte d’Ivoire (Cosim) a invité les acteurs politiques ivoiriens à s’approprier la cohésion sociale.

« Je voudrais inviter la classe politique à s’approprier les valeurs d’union, de rassemblement, de cohésion sociale en revoyant le ton de leurs discours. Toutes ces valeurs sont autant de vertus spirituelle, humaine et sociale… », a-t-il exhorté. Avant de leur demander de tout faire pour préserver l’unité nationale.

Le guide de la communauté musulmane de Côte d’Ivoire a tenu à souligner qu’il ne faudrait pas que la tolérance et la réconciliation soient synonyme de « ôte-toi là que je m’y mette ». « Etre au pouvoir n’est pas une fin en soi (…) Faisons un effort pour nous rapprocher les uns des autres. Discutons pour trouver des solutions à nos problèmes », a préconisé le leader religieux. Et d’ajouter : « Regardons autour de nous, les conflits ne riment à rien… On ne peut rien gagner dans la division. Elle a toujours été nuisible tandis que la force a toujours été dans l’union. »

Mais avant dans la première partie de son sermon, le président du Cosim, a expliqué aux fidèles musulmans le sens de l’Aïd-El-Kebir, la fête du sacrifice. Il s’agit de se « souvenir du modèle de soumission à Allah qu'est le prophète Abraham, le père du monothéisme ». Aussi a-t-il invité les fidèles à ne pas perdre de vue l'objectif de ce sacrifice qui est d’immoler un bélier. « Chaque poil de la bête immolée sera une bénédiction pour le croyant, le jour du jugement dernier », dira-t-il sur la base des traditions prophétiques (Hadiths).

Poursuivant, il a invité la communauté musulmane de Côte d’Ivoire à cultiver le modèle de soumission qu’a été le prophète Abraham. Abraham, dira-t-il, avait une foi inébranlable en Dieu. Sa confiance en lui était sans limite, tout comme son obéissance. L'imam Boikari Fofana a prié pour la paix et la stabilité de la Côte d'Ivoire et demandé au Tout puissant de guider nos hommes politiques.

Salif D. CHEICKNA