Retour au calme à Bouaké après une bagarre rangée entre chauffeurs de mototaxi et coxers

Le calme est de retour lundi après-midi à la gare routière de la deuxième ville ivoirienne à Bouaké, après une intervention musclée des forces de l’ordre pour mettre fin à une bagarre rangée entre chauffeurs de moto-taxi et coxers dont le bilan fait état de plusieurs dégâts matériels et quelques blessés, a constaté APA sur place.


Des traces de débris et des carcasses de motos calcinés étaient visibles dans la mi-journée au centreville de Bouaké, précisément au rond-point de la gare routière, théâtre d’altercations entre chauffeurs de moto-taxi et travailleurs de la gare routière.

Selon plusieurs sources concordantes trouvées sur place, une « provocation » des chauffeurs de moto-taxi serait à l’origine de cette bagarre rangée entre ces deux corporations.

« Ce matin, des chauffeurs de moto-taxi ont fait irruption ici et ont décidé de fermer la route avec des barricades, mettant en péril notre gain journalier », a expliqué un coxer à APA sous le couvert de l’anonymat.

« Ce geste de leur part ne nous a pas plu, on a alors décidé de riposter et il s’en est suivi une bagarre entre nous. Ils ont cassé quelques vitres de nos camions et nous on a riposté en mettant le feu à quelques unes de leurs motos », a ajouté la même source.

Plus tôt dans la matinée, des manifestations d’humeur des chauffeurs de moto-taxi étaient visibles dans les rues de Bouaké pour disent-ils protester contre de nouvelles mesures disciplinaires instaurées par le préfet de région, Tuo Fozié en vue de réglementer ce secteur d’activité souvent décrié par de nombreuses populations.

Rentrées en vigueur, vendredi dernier, ces mesures concernent entre autres, le port de casque, l’obligation faite aux chauffeurs de présenter un permis de conduire et de ne transporter qu’un seul client à la fois.

CK/ls/APA