Préparatifs de la Can 2023: Le Cocan se fixe 100 jours pour combler les déficits

  • 30/03/2020
  • Source : Fratmat.info
Le Comité d’organisation de la Can 2023 en Côte d’Ivoire, a organisé son premier séminaire du 23 au 24 janvier dernier à son siège à Marcory résidentiel. Les travaux ont essentiellement porté sur les infrastructures sportives et d’hébergement de la compétition.

L’objectif était de permettre aux présidents, vice-présidents, rapporteurs des 13 commissions techniques ainsi que la direction exécutive du comité d’organisation de se familiariser avec les principes de pilotage du Master Plan, effectuer la revue des projets réalisés depuis la création du Cocan et s’instruire sur l’état d’avancement des travaux d’infrastructures sportives et d’hébergement. Les travaux qui étaient encadrés par le cabinet international Algoé et le Bnetd, ont débouché sur l’engagement ferme des équipes à réaliser dans la tranche des 100 prochains jours, les contingences recensées ou à combler les déficits constatés. Cette séquence fera place à d’autres étapes en vue d’une progression maitrisée vers la compétition en 2023.

A 1078 jours du coup d’envoi de la Can 2023, la situation des stades et des équipements non sportifs sont connus. Par ailleurs, l’expression des besoins additionnels des commissions est connue en termes d’acquisition de connaissances et d’obstacles à lever. Aussi, au terme du séminaire, le président du Cocan, Lambert Késsé Feh a-t-il jugé largement profitable pour les membres le résultat obtenu. Il a exhorté les responsables de commissions à davantage de disponibilité et au partage des connaissances. De ce fait, il a instruit ses collaborateurs à s’approprier le Cocan en se consacrant au quotidien à leurs missions avec efficacité et dans l’échange permanent.

Il faut rappeler que les travaux étaient placés sous la présidence du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, et ont été lancés par son directeur de cabinet, M. Emmanuel Ahoutou Koffi en présence du directeur de cabinet du ministre des Sports, M. Allah Yao François. « C’est pourquoi, a-t-il soutenu, il ne serait pas tolérable qu’une fausse note soit constatée sur la qualité de la Can en Côte d’Ivoire et sur la maitrise des délais de livraison des infrastructures ».
 

Céleste Kolia