MASA 2020 : Le ministre Maurice Bandaman veut une 11ème édition « spéciale, chatoyante et carnavalesque »

Le ministre de la Culture et de la Francophonie, également, président du Conseil d’administration du Marché des arts du spectacle d’Abidjan (Masa), Maurice Kouakou Bandaman a procédé, ce vendredi 21 mars 2019, à l’ouverture officielle de la réunion de comité artistique international (Cai).


L’ordre du jour de cette réunion qui prend fin, le samedi 23 mars, a porté sur le « Bilan de la 10ème édition du Masa, le schéma de l’édition 2020 et les programmes spécifiques ».

Le ministre Maurice Bandaman a rassuré les experts du comité artistique qu’en 2020, année de la présidentielle ivoirienne, le Masa se déroulera dans un environnement paisible. « Le Masa doit être apaisé et dilué les antagonistes », dira-t-il, avant d’ajouter que le marché de 2020 doit être une édition « spéciale, chatoyante et carnavalesque ».

Aussi a-t-il tenu à souligner que le Masa est devenu désormais un label. C’est d’ailleurs pourquoi, il a invité les membres du comité international artistique à apporter leur intelligence au rayonnement  de la 11ème édition du Masa placée sous le thème central : « L’Afrique-Monde ».

Après avoir indiqué que le Masa est un outil au service de la Francophonie pour promouvoir les arts vivants, M. Bandaman a exhorté le directeur général du Masa, le Professeur Yacouba Konaté a communiqué davantage sur le changement de dénomination du Marché. Passer de Marché des arts du spectacle d’Afrique au Marché des arts du spectacle d’Abidjan, n’enlève en rien le caractère panafricain de ce Marché.

Selon Youma Fall, directrice de la diversité et développement culturels, à l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif), le Masa est un bon produit  qui a réussi a dépasser le côté événementiel. "On peut tout reprocher au Masa, sauf la qualité de sa programmation", a-t-elle fait remarquer.

A l’occasion de la célébration du cinquantenaire de la francophonie prévu en  2020, Mme Fall a souhaité que cela commence par Abidjan. « Je crois qu’il serait intéressant de commencer cette célébration en Côte d’Ivoire pendant le Masa », a-t-elle soutenu.

Au cours de la première journée de cette rencontre, il faut souligner que le Pr Konaté et les experts ont passé en revue les éditions passées du Masa. Il a révélé ce qui n’a pas marché et invité à consolider les succès. Aussi a-t-il salué l'implication des membres du Comité artistique international dans la programmation. Et souhaité que les scènes soient moins chargées. D'où la nécessité de spécialiser les salles et de réduire le nombre de groupes.

Pour ce qui est des panels des rencontres professionnelles, il a proposé que cela soit limité à 2 heures. Par ailleurs, le Directeur général du Masa a plaidé pour une communication spécifique, c'est-à-dire, ciblée pendant cette 11ème édition.

S'agissant de la billetterie, l'utilisation des bracelets  électroniques sera de mise. Cependant, le Pr Konaté a insisté sur le fait qu'il faut savoir quels spectacles vendre. En ce qui concerne l'avis de participation aux professionnels, il a souhaité que cela soit fait six mois avant le festival. Toute chose qui vise à soumettre au plus tôt la liste au comité de sélection.

Pour une bonne programmation, le professeur Konaté a proposé également la nomination d'un coordinateur pour la production en impliquant les techniciens et les programmeurs.

Salif D. CHEICKNA