La communauté Burkinabè de Côte d’Ivoire invitée à ne pas s’ingérer dans la politique ivoirienne surtout en période électorale

  • 30/09/2020
  • Source : LeBabi.net
Travailler à la cohésion sociale ''entre nos deux peuples'', c’est la mission que s’est assignée la jeunesse Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire. Réunie au sein de la plateforme EFFORT DE PAIX, elle a animé le mardi 15 Septembre 2020 à Abidjan-Marcory une conférence de presse de lancement d’une tournée de sensibilisation et d’information à l’endroit de la forte communauté burkinabè résidente en Côte d’Ivoire.

La plateforme EFFORT DE PAIX sillonnera les localités de Samo, Divo, Gagnoa, Soubré, Daloa, Duékoué, Bouaké, Yamoussoukro, Abidjan nord et Abidjan sud pour sensibiliser et informer les populations Burkinabé qui y séjournent sur la nécessité de préserver un climat de paix entre nos populations en se mêlant aucunement à la politique ivoirienne surtout en période électorale.

S’articulant autour du thème : « Promouvoir le vivre-ensemble entre la diaspora Burkinabè en Côte d’Ivoire et les Ivoiriens », cette tournée initiée par la jeunesse Burkinabè et parrainée par le ministre burkinabé du commerce, de l'industrie et de l'artisanat, M. Arouna Kaboré, se déroulera du 19 septembre au 11 octobre 2020.

« Il s’agira d’aller vers nos compatriotes qui sont dans des zones susceptibles de présenter certains risques. Aller sensibiliser nos frères et sœurs pour qu’ils fassent la promotion du vivre-ensemble. C’est pourquoi nous avons initié ces dix (10) étapes à l’intérieur du pays et aussi à Abidjan.» a révélé Alexis Bazie, le coordonnateur général de cette activité.

Pour Hamed Sawadogo, le premier responsable du conseil national des burkinabés vivants en Côte d’Ivoire au niveau de la jeunesse et président de la plateforme EFFORT DE PAIX,  il est hors de question que la communauté Burkinabé de Côte d’Ivoire qui ne bénéficie pas des privilèges de la naturalisation s’ingère dans la vie politique ivoirienne.

« Nous allons sensibiliser ceux qui ne sont pas encore ivoiriens, c’est-à-dire la communauté burkinabé en Côte d’Ivoire à vraiment s’écarter, sinon s’éloigner des politiques ivoiriens en période électorale. », a déclaré Hamed Sawadogo partant du constat selon lequel ses « compatriotes sont le plus souvent accusés d’ingérence dans la vie politique de la Côte d’Ivoire ».

« Nous allons aussi sensibiliser ceux qui ont bénéficié de la nationalité ivoirienne à savoir raison garder » va-t-il dire pour terminer, interpellant ainsi les résidents burkinabés jouissant de la nationalité ivoirienne.

Il faut noter que pour être plus représentative et efficace, la plateforme EFFORT DE PAIX a associé à cette activité des ONG, associations, partis politiques burkinabè et ivoiriens et les acteurs de la société civile.

Varol