L'OLPED s'offre un site web pour vulgariser les règles du métier de journaliste

L’Observatoire de la liberté de la presse, de l’éthique et de la déontologie (OLPED), instance d’autorégulation du secteur de la presse, a présenté, mardi, son nouveau site internet réalisé grâce au soutien de la Fondation allemandeFriedrich Ebert.


C'est la Maison de la Presse d'Abidjan (MPA) qui a servi de cadre à la cérémonie en présence de la présidente par intérim de l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire (UNJCI), Habiba Dembélé Sahouet, de nombreux patrons de presse et journalistes.

www.olped.com, le nouveau site de l'OLPED offre au visiteur plusieurs rubriques dont l'objet et les missions, l'organisation, les décisions et sanctions, les contacts, la saisine contre une entreprise de presse ou un journaliste et les publications de l'organe, ainsi que le code d'éthique et de déontologie du journaliste ivoirien et la loi sur la presse. 
 
Selon le Président de l'Observatoire, Zio Moussa, le site vise, également, à "renforcer la bibliothèque de l'OLPED par la publication de tous les bons ouvrages concernant le métier, les évolutions de la pratique journalistique, tout en servant d'espace de mise à distance du métier pour servir de levain d'échange d'expériences, en vue de réconcilier la presse avec le public".
 
Rappelant les actions de la Fondation Friedrich Ebert en faveur de la presse ivoirienne, depuis 1991, Olivier Dalichau, représentant-résidant de l'institution allemande, a indiqué qu'en soutenant l'OLPED, dans ce projet de mise en ligne d'un site Web, la Fondation attend que les règles du métier soient davantage divulguées et connues d'un plus grand nombre de journalistes.
 
"C'est ainsi que la presse occupera sa place dans la construction d'une démocratie moderne servant d'interface entre les populations et les acteurs politiques", a-t-il ajouté, convaincu qu'une « presse libre est la garantie d'un contre pouvoir qui aide chaque société à avancer ».
 
Créé en 1995, l'OLPED est le deuxième organe d'autorégulation de la presse dans l'espace francophone, après le Conseil de presse du Québec (CPQ).
 
Il a pour missions de promouvoir et défendre l'éthique ainsi que la déontologie journalistique, d'assurer la médiation mais également promouvoir et défendre la liberté de la presse.