Immigration : les 36 Ivoiriens abandonnés dans le désert tunisien ont été pris en charge

Les 36 Ivoiriens dont 21 hommes, onze femmes (une enceinte) et quatre enfants, retrouvés abandonnés dans le désert après une arrestation en Tunisie ont été pris en charge a-t-on appris ce mardi matin.


Suite à la pression des ONG et l’ire du Gouvernement ivoirien, ces personnes ont transféré en fin de semaine dernière dans des foyers à Médenine et à Tunis ou ils ont pu recevoir des soins médicaux avant de regagner leurs points de chute respectifs en Tunisie, assure l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).
Selon l'Organisation internationale, les 36 Ivoiriens assurent qu’ils n'étaient pas des migrants qui venaient de passer la frontière et se trouvaient déjà en Tunisie depuis quelque temps. Parmi eux, des étudiants, des femmes et des enfants qui s'étaient réunis à Sfax au début du mois pour célébrer la fête nationale ivoirienne, rapporte RFI.

Ils assurent avoir fait l'objet d'un contrôle de la part des autorités tunisiennes puis avoir été emmenés dans la zone désertique et militarisée à la frontière avec la Libye, où ils sont restés plusieurs jours dans des conditions très difficiles.

Les organisations de défense des droits de l'homme tentent de faire la lumière sur ce qu'il s'est vraiment passé afin de déterminer si le pays a enfreint le droit international en termes de protection des migrants.

Pour rappel, dimanche 04 aout, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux et partagée des milliers de fois, des personnes dénonçaient leur déportation, depuis la veille, sans eau et sans nourriture, par les autorités tunisiennes à la frontière avec la Lybie, une zone militarisée. L’affaire qui a fait grand bruit a conduit le Gouvernement ivoirien a élevé, par Note Verbale, à travers l’Ambassade de Côte d’Ivoire en Tunisie, une vive protestation auprès des autorités tunisiennes dès le dimanche 04 août 2019. 

« Le Lundi 05 août 2019, le Secrétaire Général du Ministère des Affaires Etrangères a convoqué le Chargé d’Affaires de l’Ambassade de Tunisie en Côte d’Ivoire, pour lui faire part des vives protestations du Gouvernement, en présence du Directeur Général des Ivoiriens de l’Extérieur. Le Secrétaire Général a marqué son étonnement de noter que, malgré les excellentes relations d’amitié et de coopération qui ont toujours existé entre la Côte d’Ivoire et la Tunisie, de tels traitements sont réservés, de façon récurrente, aux ressortissants ivoiriens en Tunisie »indique un communiqué signé du ministre des ivoiriens de l’extérieur, Alain Coulibaly.
Le Gouvernement Ivoirien a tenu à souligner qu’il attache du prix à la vie et à la sécurité de ses ressortissants à l’extérieur comme il tient à la vie et à la sécurité de tous ceux qui habitent à l’intérieur de ses frontières, et en appelle au strict respect des conventions internationales, au respect de la dignité humaine et des droits des personnes migrantes.

Ahopol