Fabrication de choukouya, méchoui et kplo : plusieurs sites insalubres et dangereux découverts à Adjamé, Attéboubé et Abobo

Dans la capitale ivoirienne, les lieux de restauration foisonnent. Mais d’où provient certains aliments dont les abidjanais et les ivoiriens sont friands ?


Pour tirer les choses au clair, le préfet d'Abidjan, Vincent Toh Bi, accompagnée d’une forte délégation du ministère de la santé, des agents de la mairie ainsi que les forces de l’ordre s'est rendu ce mercredi 27 novembre 2019 dans plusieurs sites de restauration insalubre identifiés dans certaines communes d'Abidjan, notamment Adjamé et Abobo.

Il s’agissait pour Vincent Toh Bi d’interpeller et de sensibiliser les responsables de la fabrication de produits de grande consommation tels que le choukouya (viande braisée) et les kplos (peau de bœuf séchée), sur l’importance de l’hygiène pour une bonne alimentation de la population.

Sur les lieux, la délégation a pu se rendre compte des conditions d’insalubrité criantes. Viandes séchées laissées à même le sol ; des combustibles toxiques utilisés pour bruler les peaux de bœufs, lieux d’entreposage insalubres…

« Toutes ces viandes sont fabriquées dans de mauvaises conditions. Ils utilisent les pneus, des garnitures de voitures, des matières plastiques comme combustible. Ces viandes peuvent provoquer des maladies telles que le cancer, les maladies respirations pour ne citer que ceux-là » déploré le préfet.

Il a demandé à tous responsables de ces établissements, d’utiliser des matériels combustibles nécessaires et non ces matières dangereuses sinon, « des mesures seront prises si ces actes reprennent encore, à savoir la fermeture de ces sites de fabrication » a prévenu Vincent Toh Bi.

Ahopol