Exclusif/ Crise au sommet de l’État: Grosse bataille entre Duncan et Gon Coulibaly, tout sur ce qui les oppose

  • 07/04/2020
  • Source : Soir Info
Rien ne va entre le vice-président de la République de Côte d’Ivoire, Daniel Kablan Duncan, et le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, candidat putatif du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) à la présidentielle d’octobre 2020. Les deux personnalités ont engagé un bras-de-fer autour de la présidence de l’Union postale universelle (Upu), dont les assises sont prévues en Côte d’Ivoire au mois d’août 2020. Les deux hommes se déchirent depuis septembre 2019. Une situation qui, selon nos sources, affecte, nerveusement, le chef de l’État. Le président de la République, Alassane Ouattara, devrait trancher au dernier moment. De quoi s’agit-il ? Duncan et Gon sont à couteaux tirés sur le choix de la personnalité « idéale » à désigner, par la Côte d’Ivoire, pour présider le 27e congrès de l’Upu, qui se tiendra à Abidjan, du 10 au 28 août 2020 ».

La vice-présidence et la Primature, par personnes interposées, ont des intérêts divergents, laissent entendre nos sources. Et, cette guéguerre serait la face visible d’un profond iceberg « politique » au sein du Rhdp, qui se prépare à se choisir son candidat… Six courriers  contradictoires, mais qui présentent des objectifs identiques,  écrits  les 19 septembre 2019, 7 octobre 2019,  3,  7  et 10 février  2020,  par Mamadou Sanogo, ministre de l’Économie numérique et de la poste, adressés à  M. Bishar A. Hussein, Directeur général du bureau international de l’Upu à Berne en Suisse, au Premier ministre, ministre du Budget et du portefeuille de l’État, Amadou Gon Coulibaly, et au vice-président, Daniel Kablan Duncan, sont assez illustratifs  de la pesanteur de la crise entre les deux hommes.

Dans son courrier en date du 19 septembre 2019 n° 01784/Menup/Cab/Dc relatif à la désignation du président du 27e congrès de l’Upu et du Président du conseil d’administration (Pca) pour le cycle 2020-2024, le gouvernement porte, logiquement, son choix sur M. Issac-Alexis Gnamba-Yao. Un choix d’autant plus conforme aux normes de l’Upu, qu’Issac-Alexis Gnamba-Yao est l’actuel Directeur général (Dg) de la Poste de Côte d’Ivoire.  Mais, ce choix n’aurait pas, selon nos sources, emporté l’adhésion du vice-président, Daniel Kablan Duncan et du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly qui tenaient, chacun, à positionner son poulain. Très vite, les choses s’emballent. Le 7 octobre 2019, soit seulement deux semaines après sa désignation, coup de théâtre. La proposition de Gnamba-Yao est invalidée par le ministre Mamadou Sanogo. Qui explique ce revirement par courrier N° 182/ Menup/Cab-Cc adressé M. Bishar A. Hussein.

Un arbitre nommé Alassane Ouattara

« Compte tenu de l’importance que le gouvernement ivoirien accorde à cet évènement prévu l’année prochaine, les procédures de désignation de la personnalité pouvant assurer ces fonctions sont remises à l’étude… En conséquence, je me vois contraint d’annuler la désignation de Monsieur Isaac-Alexis Gnamba-Yao en qualité de président dudit congrès et de Président du conseil d’administration pour le cycle indiqué.  Dès la validation de la procédure de désignation à ces fonctions, l’identité de la personnalité retenue vous sera communiquée… En attendant cette validation, je vous prie de bien vouloir considérer que la correspondance n° 01784/Menup/Cab/Dc du 19 septembre 2019 sus-indiquée, est annulée », écrit le ministre Mamadou Sanogo.

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly tient là une opportunité pour mettre en position Konaté Mamadou, membre du conseil de régulation de l’Autorité de régulation des télécommunication-Tic de Côte d’Ivoire (Artci), en charge de la régulation postale, selon notre source à la Primature. Il reçoit, le lundi 3 février 2020, son ministre en charge de l’Économie numérique et de la poste. Un autre courrier est très vite élaboré (n°188/Menup/Cab/Csp du 3 février 2020,) à l’attention du chef du gouvernement. « Suite à l’audience qu’il vous a plu de m’accorder, j’ai l’honneur de vous soumettre la proposition de nomination de Monsieur Konaté Mamadou en  qualité de président du 27e  congrès de l’Union postale universelle (Upu) qui se tiendra à Abidjan du 10 au 28 août 2020 », écrit-il. Il justifie son choix par le fait que « Konaté Mamadou totalise trente ans au service de la Poste de Côte d’Ivoire (1985-2015) et a été Directeur général de la Poste-Côte d’Ivoire, Directeur des relations internationales, directeur de la logistique et du patrimoine… ». « C’est donc un homme pondéré, pétri d’expériences et rompu aux procédures internationales en matière postale », argue le ministre Sanogo. 

Mais, les jeux sont loin d’avoir été faits pour le poulain du Premier ministre Amadou Gon.  Car, il sera taclé par le vice-président, Daniel Kablan Duncan.  De fait, une semaine à peine s’est écoulée, lorsque survient un énième coup de tonnerre qui surdimensionne la cacophonie ambiante.  A l’instigation, selon nos sources, de la vice-présidence la République, une contre-proposition sort du chapeau du même ministre Mamadou Sanogo : Aka Brou Louis Blaise, un haut cadre du Sud-Comoé. Ce natif d’Ayamé (Aboisso) est proche du vice-président, Daniel Kablan Duncan, qui se présente comme son mentor politique.

Le samedi 22 décembre 2012, à Ayamé, Aka Brou Louis-Blaise, cadre du Rhdp,  organisait, sous le parrainage du Duncan, alors Premier ministre, une grande  cérémonie d’hommage et de reconnaissance au président de la République, Alassane Ouattara. Le courrier du ministre Mamadou Sanogo, en date du 10 février 2020 (ref  Menup/Cab/Csp) adressé au vice-président de la  République sonne comme un cinglant désaveu au Premier ministre. Il est explicite et prend les allures d’un véritable plaidoyer en faveur du « cheval » de Daniel Kablan Duncan. Tout est aussi dans la sémantique…  « Suite aux différentes consultations entreprises, j’ai l’honneur de vous informer que Monsieur Aka Brou Louis-Blaise a été désigné en qualité de président du 27e  congrès de l’Union postale universelle (Upu) qui se tiendra à Abidjan  du 10 au 28 août 2020 », écrit encore le ministre Mamadou Sanogo. De la « proposition », le ministre est arrivé à la « désignation »… 

La lettre au vice-président poursuit pour présenter ce choix comme étant l’idéal, ce d’autant plus que «  Monsieur Aka Brou Louis Blaise, secrétaire général en exercice depuis 2012 de la Conférence des Postes des États de l’Afrique de l’Ouest (Cepao) et président du comité scientifique du 27e  congrès de l’Upu ,a une longue et riche expérience dans le secteur postal, tant  au plan national qu’international ».  Le ministre appuie le choix qu’il a fait, en ajoutant que « Monsieur Aka Brou Louis a été Commissaire général du congrès de l’Upu 2004 et secrétaire du Comité international chargé de la candidature de la Côte d’Ivoire pour le Congrès de l’Upu 2004 prévu initialement à Abidjan ».  Il en découle que l’homme du vice-président a le profil à l’emploi.  « C’est donc un homme d’expérience et rompu aux procédures internationales en matière postale, qui est nommé en qualité de président des travaux du prochain Congrès de l’Union postale universelle », conclu le ministre Mamadou Sanogo. Un dernier choix qui, selon nos sources, n’a pas manqué de soulever le courroux de la Primature.

En tout état de cause, rien n’est encore joué, ni pour la Primature ni pour la vice-présidence.  Un arbitre nommé Alassane Ouattara doit trancher.  L’enjeu est énorme, tant pour la Côte d’Ivoire que pour la personne devant présider les travaux de l’Upu. Aussi bien à la vice-présidence qu’à la Primature, tous les regards sont tournés vers le chef de l’État qui, en dernier ressort, va décider.  Et, avons-nous appris, son choix sera celui de la Côte d’Ivoire et devra s’imposer aux deux « protagonistes ».

Armand B. DEPEYLA