Encore des efforts à faire pour éradiquer la poliomyélite dans le monde

Pour cette journée de lutte contre la poliomyélite, l'Organisation mondiale de la santé annonce qu'une des variantes du virus est éradiquée. C'est la deuxième variante de la maladie qui disparaît sur les trois existantes. Une bonne nouvelle, mais il reste encore beaucoup d'efforts à fournir pour débarrasser le monde de la polio.


La poliomyélite, ce sont en fait trois virus distincts. Ils provoquent les mêmes symptômes, une paralysie irréversible qui peut entraîner la mort, mais ils sont bien différents. L'étape franchie est donc importante. Le poliovirus de type 3 est éradiqué, le dernier cas notifié remonte à 2012 au Nigeria. Le poliovirus de type 2 avait lui déjà été vaincu avec un dernier cas en 1999 en Inde.

Sur les trois variantes du virus, il ne reste donc plus que le type 1 qui demeure endémique dans trois pays : l'Afghanistan, le Pakistan et le Nigeria. Même si ce dernier connaît d'ailleurs des progrès notables puisque le dernier cas observé remonte à août 2016. Les choses avancent dans le bon sens. L’éradication totale de la maladie est aujourd’hui envisageable, mais le poliovirus de type 1 est toujours très présent en Afghanistan et au Pakistan.

Une quatrième souche

Il existe enfin une autre souche du virus, bien différente : la souche vaccinale. Pour mieux comprendre d’où vient cette souche, il faut savoir que quand on vaccine contre la polio, c'est souvent de façon orale, notamment pour les enfants. L'idée, c'est de leur donner un peu de virus pour que le corps apprenne à se défendre tout seul. C'est le principe de base de la vaccination. Cet apprentissage, il se fait quand le virus se trouve dans l'intestin et il est ensuite excrété.

Le problème, qui reste néanmoins très rare, c'est quand le réseau d'assainissement est défaillant et que la couverture vaccinale de la population est faible. Le virus peut alors se retrouver dans la nature et, de manière exceptionnelle, redevenir dangereux. On parle alors de poliovirus de souche vaccinale.

Actuellement, 12 pays africains sont confrontés à ce problème. Parmi eux, le Bénin, le Cameroun, le Niger ou encore la RDC. Face à cette situation, une solution consiste à améliorer les systèmes d'assainissement des eaux usées et de développer encore plus la couverture vaccinale pour protéger les populations.