Diplomatie ivoirienne : RHDP, Marcel Amon Tanoh mis sous éteignoir ?

Marcel Amon Tanoh se serait-il mis à dos ses camarades du RHDP, avec à leur tête le Président Alassane Ouattara ? Tout porterait à le croire, d'autant plus que le ministre des Affaires étrangères est régulièrement absent, ces derniers temps sur le front diplomatique.


Marcel Amon Tanoh grillé au RHDP à cause de ses velléités de candidature ?

À huit mois de l'élection présidentielle, la bataille fait rage au sein du Rassemblement pour la démocratie et la paix (RHDP) pour la succession d'Alassane Ouattara. Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly apparaît en effet comme le cheval sur lequel entend miser le Président ivoirien pour assurer les affaires dès 2020. Et les indices convaincants d'un tel cas de figure sont légion.

Si Guillaume Soro, ancien Président de l'Assemblée nationale, a décidé de se désolidariser du camp présidentiel pour jouer sa propre carte lors du prochain scrutin présidentiel, ce n'est pas le cas pour Marcel Amon Tanoh, qui avance prudemment. La Lettre du Continent a cependant révélé dans une parution, début novembre, que le chef de la diplomatie ivoirienne s'est attaché les services de hautes personnalités proches du pouvoir, dont Henriette Dagri Diabaté, la Grande chancelière, pour défendre son dossier de candidature auprès du Président Ouattara.

Mais, le Chef de l'État n'apprécierait pas les velléités de candidature de son ancien chef de cabinet. C'est donc à juste titre qu'ADO avait adressé une demande d'explication à son collaborateur afin d'en savoir davantage sur ses ambitions présidentielles tendant à naviguer à contre-courant.

Aussi, depuis ces derniers mois, Amon Tanoh Marcel se fait de moins en moins voir sur le front diplomatique. Lors du Sommet Russie-Afrique de Sotchi, en octobre 2019, le MAE a écourté son séjour russe à cause d’un malaise, qui l’a également éloigné du Conseil des ministres du 30 octobre dernier. Fin janvier 2020, le ministre ivoirien des Affaires étrangères n'était également pas au Sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba.

Ce 12 février, le ministre d’État, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, était porteur d'un message du Président Ouattara à son homologue djiboutien, Ismail Omar Guelleh. À en croire l'émissaire du président ivoirien, il s'agissait de renforcer la coopération ivoiro-djiboutienne dans tous les domaines. La question sécuritaire a par ailleurs été à l'ordre du jour. En temps normal, Marcel Amon Tanoh serait présent à un tel rendez-vous. Son absence a donc suscité de nombreuses interrogations sur ses relations avec le pouvoir RHDP unifié. Des bruits de couloirs du palais d'Abidjan Plateau font état d'un remaniement ministériel qui verrait le limogeage du chef de la diplomatie ivoirienne.