Côte d'Ivoire : Un projet d’alphabétisation numérique lancé

Passer par l'alphabétisation numérique, en vue de permettre à ses agents d’apprendre rapidement à lire et à écrire, d’acquérir de nouvelles compétences, c'est la nouvelle trouvaille du Groupe Bolloré transport & logistics Côte d’Ivoire (Btl-Ci). Ce projet a été lancé lundi 11 mars 2019.


Le Groupe Bolloré transport & logistics Côte d’Ivoire (Btl-Ci), en collaboration avec la Direction de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle (Daenf) du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, vient de se lancer dans le projet d'alphabétisation numérique. Cette initiative est mise en œuvre au profit des agents de ladite société et du personnel dockers, à travers le Centre de formation professionnelle panafricain d’Abidjan (Cfpp). L’alphabétisation se fera sur mobile grâce à une application qui ne nécessite pas de connexion internet. Chaque apprenant sera accompagné par un tuteur. Il est également prévu un cours collectif afin de revoir les bases. Cette nouvelle version de l’alphabétisation, selon les initiateurs, permet aux apprenants de s’adapter aux nouvelles technologies, de pouvoir se former partout, à n’importe quel moment. Elle permettra également à l’équipe d’encadrement d’adopter une approche moins scolaire et plus ludique et un suivi accru pour maintenir la motivation.

Mme Gautrat Aurore, directrice du Cfpp a affirmé que cette initiative va contribuer à la montée en compétence des stagiaires.

Justifiant l'adoption de ce mode d'apprentissage, la Directrice d’Abidjan Terminal, Mme Asta-Rosa Cissé a confié qu'il s'agit de s'adapter au monde qui évolue et qui exige un personnel qualifié et bien formé.

Mme Ouattara Manan, Inspectrice générale et directrice de la Daenf a souligné que ce projet s'inscrit dans la vision de l’État de Côte d’Ivoire.

Btl-Ci, faut-il le noter, a lancé en 2013 un projet d’Alphabétisation à l’endroit de ses employés analphabètes. Ce projet répond à une politique de responsabilité sociétale et de développent vis-à-vis de personnes analphabètes, notamment les dockers. Après 6 ans, ce projet d’alphabétisation a permis de former environ 300 agents.

Irène BATH