Côte d’Ivoire : Plus de 500 000 cartes d’identités bientôt brûlées, voici les raisons

Désormais, après un délai de 3 mois, les cartes nationales d'identité qui ne seront pas retirées vont être incinérées


Après la publication du futur décret portant modalité de mise en œuvre de la nouvelle carte d’identité dans son nouveau format, les anciennes cartes nationales d’identité qui ne seront pas retirées par leur propriétaire seront purement et simplement incinérées.

L’office national de l’Etat civil et de l’identification (ONECI) a organisé, ce samedi 30 novembre 2019, au Plateau, un séminaire de formation en faveur des hommes et femmes de médias. Au cours de ce rendez-vous, le directeur général de l’ONECI, Konaté Diakalidia, a fait savoir qu’après la publication du décret portant modalité de mise en œuvre de la nouvelle carte d’identité dans son nouveau format, les anciennes cartes nationales d’identité produites et qui n’ont pas été encore retirées seront purement et simplement incinérées. « Bientôt, lorsque nous aurons la publication du décret portant modalité de mise en œuvre de la nouvelle carte d’identité, bien entendu, on sera obligé d’arrêter la production des nouvelles cartes parce qu’on va passer au nouveau format. A partir de ce moment-là, nous allons procéder à l’incinération des cartes qui n’ont pas été utilisées. Et cela se fera publiquement devant huissier », a dit le directeur général de l’ONECI.
Selon Konaté Diakalidia, depuis la production des cartes nationales d’identité en 2009, exactement 509 021 cartes n’ont pas trouvé preneur jusqu’à ce jour. Autrement dit, ces cartes n’ont pas encore été retirées par leur propriétaire.
Après le lancement du nouveau format de la carte nationale d’identité, celles qui seront produites et qui ne seront pas retirées au bout d’un certain délai (3 mois après réception d’un sms) vont subir le même sort. « C’est à partir de la date d’envoi du sms que commence à compter le délai. Parce que si vous ne venez pas retirer, ça ne doit pas rester chez nous. On a les cartes de 2009 jusqu’à présent. C’est stocké là. Après 3 mois, ça passe à l’incinération. Puisque ce sont des cartes qui peuvent être activées et désactivées », a-t-il averti avant d’évoquer d’autres raisons : « La conduite du changement nous oblige à aller vers ce genre de solution. Ce que nous allons faire, c’est d’abord une bonne campagne de sensibilisation. Parce que ce sont des engagements que nous prenons, les uns vis-à-vis des autres. Si tu dis, monsieur, je veux prendre ma carte d’identité. Je dis, il faut passer dans 45 jours. Et avant cela, je t’envoie un texto (sms) pour dire ta carte d’identité est disponible et que tu ne viens pas la chercher, il ne faut pas me créer des problèmes à moi aussi. Ce sont des questions sur lesquelles nous allons nous appesantir. Parce que c’est une nouvelle dynamique ».
Il est prévu l’enrôlement du premier citoyen, le mercredi 11 décembre 2019, avec comme cibles les membres du gouvernement.
Comme l’a indiqué Konaté Diakalidia, l’objectif du registre national des personnes physiques (RNPP), « c’est de ne laisser personne sur le bas-côté de la route en termes d’identité. Il n’y aura plus d’apatride en Côte d’Ivoire, il n’y aura plus quelqu’un sans identité. Tout le monde devra avoir une identité ».

Adolphe Angoua