Coopération institutionnelle : Coulibaly-Kuibiert prend conseils auprès d’Henriette Diabaté

La Grande chancelière a reçu en audience ce mardi 5 novembre, le nouveau président de la Commission électorale indépendante.


Une visite de courtoisie qui va au-delà de la simple civilité. C’est ainsi qu’il faut voir la démarche du nouveau président de la Commission électorale indépendante (Cei) reçu en audience, hier, par la Grande chancelière, Henriette Diabaté. « Il s’agit d’une visite de courtoisie, avant tout. En tant que président de la Commission électorale indépendante nouvellement élu, je me devais d’effectuer cette visite à la Grande chancelière, afin surtout de recueillir ses précieux conseils pour l’exécution de ma mission », a précisé Coulibaly-Kuibiert Ibrahime, au terme de la rencontre qui s’est déroulée à la Grande chancellerie, dans la commune de Cocody.

Pour le président de la Cei, cette mission qui consiste à organiser les futures élections, il ne pourra la réussir qu’avec les nombreux collaborateurs qui l’épaulent au quotidien. C’est pourquoi il entend mettre tout en œuvre pour que leur mérite soit amplement reconnu. « Je pilote une maison où sont constamment à la tâche de braves travailleurs. Il est donc bon que je vienne auprès de la Grande chancelière pour solliciter des éléments de nature à les encourager à mener à bien leur mission », a-t-il ajouté.

Ses visites auprès des institutions de la République, le président de la Cei n’entend pas les limiter uniquement à la Grande chancellerie. Il compte les poursuivre dans bien d’autres structures pour bénéficier de leurs précieux conseils et de leurs expériences. « Bien sûr que nous irons vers d’autres institutions. Même si nous avons pris à bras-le-corps le travail que nous exécutons, nous n’allons pas hésiter à approcher d’autres structures pour accomplir au mieux notre tâche », a-t-il insisté.

Soucieux du strict respect des institutions et des symboles de l’Etat et de la loi, le président de la Cei a donné le ton, le lundi 4 novembre, au cours d’une cérémonie de salut au drapeau qu’il a initiée. « Nous prenons la République à témoin, sous ce drapeau qui en est le symbole. Nous entendons nous conformer à la loi et aux textes en vigueur. La nation nous regarde, car elle nous a investi d’une mission », a-t-il lancé, après cette cérémonie.

MARCEL APPENA