Alors que la pandémie de la COVID-19 se poursuit, un nouveau virus menace

  • 13/01/2021
  • Source : BBC
Le taux de mortalité du virus Nipah atteint 75% et il n'existe pas de vaccin. Les scientifiques travaillent dur pour s'assurer qu'il ne provoque pas la prochaine pandémie.

C'était le 3 janvier 2020, la chercheuse Supaporn Wacharapluesadee se tenait prête, attendant une livraison. La rumeur s'était répandue qu'une sorte de maladie respiratoire affectait les habitants de Wuhan, en Chine, et à l'approche du Nouvel An lunaire alors que de nombreux touristes chinois se rendaient en Thaïlande voisine pour fêter l'événement.

Avec prudence, le gouvernement thaïlandais a commencé à contrôler les passagers arrivant de Wuhan à l'aéroport, et quelques laboratoires sélectionnés - dont celui de Wacharapluesadee - ont été choisis pour traiter les échantillons afin d'essayer de détecter le problème.

Wacharapluesadee est une experte en matière de chasse aux virus. Elle dirige le centre des sciences de la santé de la Croix-Rouge thaïlandaise pour les maladies infectieuses émergentes à Bangkok. Au cours des dix dernières années, elle a participé à Predict, un effort mondial visant à détecter et à arrêter les maladies qui peuvent passer des animaux aux humains.

Elle et son équipe ont échantillonné de nombreuses espèces. Mais ils se sont surtout concentrés sur les chauves-souris, qui sont connues pour abriter de nombreux coronavirus.

Elle et son équipe ont réussi à comprendre la maladie en quelques jours seulement, en détectant le premier cas de Covid-19 en dehors de la Chine. Ils ont découvert qu'en plus d'être un nouveau virus qui ne provient pas de l'homme, il était plus étroitement lié aux coronavirus qu'ils avaient déjà trouvés chez les chauves-souris.

Grâce à ces premières informations, le gouvernement a pu agir rapidement pour mettre en quarantaine les patients et conseiller les citoyens. Bien que la Thaïlande soit un pays de près de 70 millions d'habitants, au 3 janvier 2021, elle avait enregistré 8 955 cas et 65 décès.

La prochaine menace

Mais alors même que le monde est aux prises avec Covid-19, Wacharapluesadee se tourne déjà vers la prochaine pandémie.

L'Asie connaît un nombre élevé de maladies infectieuses émergentes. Les régions tropicales ont une riche biodiversité, ce qui signifie qu'elles abritent également un grand nombre d'agents pathogènes, augmentant ainsi les chances qu'un nouveau virus puisse émerger.

L'augmentation des populations humaines et des contacts entre les hommes et les animaux sauvages dans ces régions augmente également le facteur de risque.

Au cours de leur carrière, Wacharapluesadee et ses collègues ont découvert de nombreux nouveaux virus en échantillonnant des milliers de chauves-souris. Ils ont surtout trouvé des coronavirus, mais aussi d'autres maladies mortelles qui peuvent se propager à l'homme.

Le taux de mortalité des Nipah varie entre 40 % et 75 %

Il s'agit notamment du virus Nipah. Les chauves-souris frugivores sont son hôte naturel. "C'est une préoccupation majeure car il n'y a pas de traitement... et un taux de mortalité élevé est causé par ce virus", déclare Wacharapluesadee. Le taux de mortalité pour Nipah varie de 40% à 75%, selon l'endroit où l'épidémie se produit.

Elle n'est pas la seule à s'inquiéter. Chaque année, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) passe en revue la longue liste des agents pathogènes susceptibles de provoquer une urgence de santé publique afin de décider de l'ordre de priorité de ses fonds de recherche et de développement.

Elle se concentre sur ceux qui présentent le plus grand risque pour la santé humaine, ceux qui ont un potentiel épidémique et ceux pour lesquels il n'existe aucun vaccin.

Le virus Nipah figure dans leur top 10. Et comme un certain nombre d'épidémies se sont déjà produites en Asie, il est probable que nous n'ayons pas vu la dernière..... Lire la suite sur BBC

Publicité instruments de Musique