Adjoumani Kobenan :

'les propos de Bédié sont passibles de poursuite judiciaire au regard du code pénal ivoirien’' a affirmé Adjoumani Kobenan, porte-parole du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire (Rhdp) au cours d’une conférence de presse qu’il animée ce mardi 11 juin à Abidjan.


Pour lui, ’’ Ce que M. Bédié doit savoir, c’est que ses appels à la haine et à la révolte sont constitutifs d’infractions prévues et punies par le code pénal ivoirien’’ dit-il. Pour lui, le président Bédié tombe sous le coup de l’article 158 alinéa 2 du code pénal qui dispose que : “Est puni de l’emprisonnement à vie l’attentat dont le but est (...) d’exciter les citoyens ou les habitants à s’armer contre l’autorité de l’Etat ou à s’armer les uns contre les autres”

À en croire Adjoumani Kobenan, la gravité des propos décriés exige une insistance sur la dénonciation et surtout sur la sensibilisation des populations ivoiriennes, ’’ afin que celles-ci ne tombent pas dans le piège du repli ethnique et du repli tribal vers lesquels voudrait les pousser, le président du PDCI-RDA ’’ a-t-il lancé.
Faut-il le rappeler, après les propos de Bédié la semaine dernière sur les questions de l’orpaillage clandestin, la fraude sur l’identité et les conflits communautaires, le porte-parole du gouvernement, dans un communiqué, a condamné la sortie du président du Pdci-Rda. 

Selon le porte-parole du Rhdp, le président Bédié ne pose pas clairement les problèmes cités ci-dessus mais, ’’ appelle sans aucune fioriture, à la haine et à la révolte populaire contre les étrangers au motif que ces derniers qu’il assimile à des “envahisseurs”, seraient en train d’opérer un “hold-up” sur la Côte d’Ivoire, en pillant ses richesses minières, à travers l’orpaillage clandestin, en s’accaparant toutes les terres et en menant une fraude à grande échelle sur la nationalité’’ a-t-il indiqué. 

Poursuivant dans son intervention, il a demandé à M. Bédié, en tant qu’opposant, de formuler des propositions pertinentes pour aider le Gouvernement à enrayer le phénomène. 

Cyprien K./Abidjan.net


Retrouvez cet article sur abidjan.net