10 raisons (autre que vous) pour lesquelles un homme n’a pas envie de faire l’amour


« Un homme qui n’a pas envie, ça n’existe pas ! », pensez-vous alors que votre compagnon fait la fine bouche, et que vous êtes soudainement persuadée d’être devenue REPOUSSANTE. Sachez-le, ça n’est (peut-être) pas le cas. Car non, nos amis les mâles ne sont pas des machines, et il leur arrive eux aussi de n’avoir « pas la tête à ça ». Vous êtes circonspecte ? Voici 10 autres raisons autres que votre ignominie qui pourraient expliquer cet étrange phénomène…

1. Il a trop mangé / trop bu
Après un succulent dîner bien arrosé chez des amis, vous rentrez tous les deux à la maison d’humeur égrillarde. Là, ravie à l’idée de pouvoir vous ébrouer gaiement sous la couette, vous avancez la main, coquine, vers la ceinture… hou là là, très serrée de votre homme, lequel roupille quasiment en émettant des bruits suspects. Lâchez l’affaire, ça vaut mieux pour tout le monde.

2. Il est exténué
Non, tout homme ne rêve pas, surtout après 12 heures de réunions, de se jeter virilement sur sa moitié à peine sa veste de costume déposée avec précaution sur un cintre dans son placard (pour vous faire plaisir). Il se peut que, COMME VOUS parfois (oui, vous !), il préfère se rouler en boule sous sa couette en glosant intérieurement sur l’avenir du PSG plutôt que de se soumettre à votre impérieux désir.

3. Il est vénère
Et peut-être bien par vous. Si vous venez de vous disputer pour la 1000e fois parce que vous n’en pouvez vraiment plus qu’il laisse les boîtes de gâteau vides dans le placard, ou qu’il a tenté de joindre le service client parce que la box déconnait, il est fort possible que ses nerfs à vifs fassent taire pour plusieurs heures le système de poulie qui permettrait à sa virilité de vous honorer. En bref, faire l’amour, à la seconde, c’est la dernière de ses préoccupations. COMPRIS ?

4. Il a MAL
Vous le savez, l’homme malade est un petit être fragile auquel il faut apporter des Pom’Potes l’air inquiet (ne vous avisez surtout pas de sourire, malheureuse !) pendant qu’il gémit plaintivement sous des monceaux de couvertures. « Hein, tu veux faire QUOI ? Mais je suis MALADE, MALADEUUUU J’TE DIS ! », vous répondra-t-on avec l’indignation outrée d’une Christine Boutin à laquelle on proposerait un after au Banana. Franchement, vous ne pensez qu’à vous.

5. Il pue
Chaque fois que vous l’approchez, il recule, l’air gêné, jetant de discrets coups d’œil vers les potentielles issues par lesquelles il pourrait fuir vos approches. Parfois, il approche discrètement ses narines de ses dessous de bras, avant de grimacer, ou de faire blouser son jogging pour en aérer l’intérieur. Ne cherchez pas, il pue. Mais, contrairement à vous, il a la flemme d’aller se laver (mais la courtoisie de vous épargner).

6. Il a la flemme
Nous y voilà. Oui, il voit bien que vous tournicotez peu discrètement en culotte autour de lui l’air de dire « Hey, hey, je suis en CULOTTE ! ». Pourtant, lorsqu’il se projette mentalement et envisage de se déshabiller, mettre en route la machine puis agiter son corps fatigué sur ou même sous le vôtre, il peine à se décider. Une seule solution : poussez-le. Parfois, le sexe, c’est comme la gym. Il suffit de s’y mettre et après on est content.

7. Il se trouve gros
Nous ne sommes pas les seules à avoir des complexes. Il est possible que votre partenaire appréhende à l’idée de mettre à nu sa bedaine hivernale devant vos yeux effarés ou encore que, ayant vraiment trop mangé (cf. point 1), il se sente à ce moment précis beaucoup trop bouffi du corps (oui, ça existe) pour que sa propre anatomie lui évoque quelconque ballet sexuel. Plutôt que de le coller au régime (antipathique), proposez-lui de dormir nu, ça aide.

8. Oups…
Il a commencé sans vous. C’est ballot, il ne savait pas que vous rentriez ce soir. Du coup, tranquillement assis sur le canapé et sous les yeux ébahis de vos voisins d’en face, il a laissé sa main (la sournoise) prendre votre place il y a quelques minutes à peine.

9. Y’a foot / Game of Thrones / un reportage sur des flics*
Il est possible qu’il n’ose pas s’en ouvrir à vous mais que, dans moins de 8 minutes, démarre un programme cathodique d’une telle importance que nulle image de votre sublime corps nu ne parviendrait à effacer. Las, prenez votre mal en patience et acceptez que l’idée d’une étreinte torride dans vos bras puisse passer après les propos a priori sans intérêt d’un post-adolescent à crête vêtu d’un tee-shirt serti de diamants. Le CFC, c’est sacré.
* Veuillez nous excuser pour ce sexisme hors d’âge.

10. Il a la tête au taf
Ca n’est pas parce qu’il n’en parle pas (comme vous, oui vous) qu’il n’y pense pas. Bien au contraire. Dans son cerveau fatigué voguent inlassablement son boss, armé d’une fourchette, prêt à l’attaquer, épaulé dans sa tâche par une armée de collègues agressifs, le tout dans un décor fait de slides inquiétants et de tableaux Excel noircis de chiffres irrationnels. Euh… vous auriez vraiment envie de faire la brouette thaïlandaise, là tout de suite, dans cette atmosphère ?
Soyons sérieux…