Le taximan viole la dame Aïssatou Camara: Elle a soutenu avoir mis une jupe, sans un slip, parce qu’elle…

3 ans de prison ferme, c’est la peine que risque le taximan Daouda. Il a été attrait, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar par une jeune Guinéenne qui l’accuse de viol. Il sera fixé sur son sort le 3 juillet prochain, jour du délibéré.


Un fait incroyable a été jugé, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. La nommée A. Camara, d’origine guinéenne, a attrait le taximan Daouda devant cette juridiction pour viol. Le jour des faits, selon la plaignante, elle avait pris un taxi avec sa sœur qui devait rentrer à Médina et elle à Fass.

Cependant, après avoir déposé sa sœur, dit-elle, le taximan a pris une autre direction différente de la route qui mène à Fass. Ainsi a-t-elle interpellé le taximan qui, contre toute attente, l’a giflée avant de la violer. Sur une question de savoir qu’est-ce qu’elle avait porté ce jour-là, la Guinéenne a soutenu avoir mis une jupe, sans un slip parce qu’elle avait lavé tous ses dessous. A l’en croire toujours, aussitôt après l’acte sexuel, elle a pris le numéro d’immatriculation du taxi. « Je suis venue au Sénégal pour travailler et subvenir à mes besoins.

Par ailleurs, après les faits, j’ai pris le numéro d’immatriculation avant de me rendre à la police pour dénoncer le taximan. Car j’avais peur de tomber enceinte et de ne pas voir ensuite le père de mon enfant. Pis, si je tombais enceinte, mon copain allait me quitter », a-t-elle dit à la barre.

Elle sera confirmée dans sa narration des faits par le témoin. Vigile de son état, le témoin a confié que la nuit des faits, vers les coups de 5 heures du matin, il a vu un taxi garé et des gens étaient en train de bouger à l’intérieur. Il a cru que c’est des malfaiteurs qui agressaient le taximan.

Mais quand il s’est approché, il a vu une dame qui quittait le véhicule en pleurant. C’est sur ces entrefaites que trois autres personnes sont venues à sa rescousse pour l’amener à la police. La partie civile réclame 3 millions de nos francs Toutefois, le mis en cause a nié les faits qui lui sont reprochés.

Né en 1990, Daouda a indiqué que le jour des faits, il a été arrêté par les filles. Elles devaient se rendre à Fass puis à la Médina. Comme ce n’était pas loin, dit-il, ils ont convenu 750 francs. « J’ai commencé par déposer l’autre fille avant de continuer la course avec la plaignante. Quand je suis arrivée à destination, elle a refusé de me donner mon argent. C’est sur ces entrefaites que je lui ai arraché la pochette qu’elle avait entre ses mains. Malheureusement, je n’ai trouvé que 200 francs. C’est ainsi que je l’ai laissée partir parce que c’est une femme » s’est-il dédouané.

A la barre du tribunal des flagrants de Dakar, hier, Daouda a juré sur tous les saints n’avoir jamais entretenu de relations sexuelles avec cette jeune fille. Malgré sa vérité des faits, la partie civile a réclamé 500.000 francs à titre de dommages et intérêts, arguant que les faits sont avérés. L’avocat de la partie civile a été suivi par le maître des poursuites qui reste convaincu de la culpabilité du prévenu. « Ses déclarations ne peuvent pas peser lourd sur les déclarations de la dame. Il y a eu un détournement de destination en dépassant le service d’hygiène pour rallier le canal 4. Par ailleurs, le témoin n’a aucun intérêt à mentir.

Et même le prévenu a reconnu avoir transporté ces deux filles. Pour être bref, les faits sont constants et je vous demande de condamner le mis en cause à 3 ans de prison ferme », a-t-il dit. Pour terminer, les avocats de la défense indiquent que le certificat médical ne fait pas état de viol.

Donc, la défense a plaidé pour la relaxe pure et simple de son client. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 3 juillet prochain.

Buzzsenegal.com