Botswana: Il vole un avion et fonce tout droit sur son épouse

Un Sud-Africain a perdu la vie en faisant s'écraser sur sa femme le petit appareil qu'il avait volé. Une soixantaine de personnes faisaient la fête avec elle.


Un Sud-Africain a perdu la vie dans un crash d'avion survenu samedi près de Gaborone, capitale du Botswana. Pour comprendre ce qui a bien pu se passer, il faut remonter à quelques heures avant le drame. Charl Viljoen, 38 ans, se pointe à une «baby shower» à laquelle il n'est pas invité, au club-house de l'aérodrome de Matsieng. Là, le Sud-Africain se prend violemment de bec avec sa femme, rapporte «The Citizen». «Ils se sont disputés et il l'a frappée. Tout le monde lui a dit de dégager parce qu'on ne traite pas une femme de la sorte», explique une témoin présente à la fête.

Envies suicidaires? Faites-vous aider! 
Selon Stopsuicide.ch, la problématique du suicide est un sujet complexe et multiple qui ne peut s'expliquer au travers d'une réponse unique. Cette association vise à briser le tabou qui englobe le suicide afin de réfléchir aux différents moyens permettant de mettre en oeuvre une aide concrète destinée aux jeunes en souffrance. 

D'autres structures comme La Main Tendue (composez le 143) et la Ligne d'aide pour jeunes (147) sont également disposées à aider.

Fou de rage, le trentenaire parcourt les 50 kilomètres qui le séparent de l'aéroport international de Gaborone, où il vole un petit avion. Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montre Viljoen précipitant volontairement l'appareil sur l'établissement où environ 60 personnes sont en train de s'amuser. Le bâtiment s'embrase, 13 voitures ainsi que la tour de contrôle sont détruites.

Le Sud-Africain, père d'un enfant, a perdu la vie dans le crash, mais personne d'autre n'aurait été blessé: les invités, qui avaient remarqué qu'un petit avion tournait dangereusement en rond près du bâtiment, avaient eu le temps d'évacuer. «Les membres du Matsieng Flying Club ont eu le pressentiment que le pilote pouvait avoir de mauvaises intentions», confirme l'aérodrome dans un communiqué. Viljoen, pilote dans une compagnie aérienne du Botswana, aurait appelé un ami depuis le cockpit afin de s'assurer que sa femme se trouvait bien encore à la fête. La victime et son épouse vivaient et travaillaient dans le pays depuis une dizaine d'années.

(joc)