Belgique: Elle tranche les veines de son mari pendant son sommeil

Une quadragénaire courtraisienne soupçonnée de tentative d'homicide à l'encontre de son mari sexagénaire a été arrêtée, relate samedi Het Laatste Nieuws, surnommant la suspecte la mariée enflammée pour son passé d'incendiaire. Peu de temps après leur mariage, il y a sept ans, elle avait déjà mis le feu à leur domicile, entre autres faits.


Cette semaine, Mieke M., 44 ans, a tenté de trancher les veines de son mari pendant son sommeil, avant d'essayer de se suicider. Ayant échoué, elle a prévenu les secours. Après avoir reçu des soins, son compagnon Edwin, 61 ans, a déjà pu quitter l'hôpital. Mieke a elle été interpellée pour tentative d'homicide.

3.000 livres partis en fumée
En juillet 2012, la femme avait déjà écopé de deux ans de prison pour avoir bouté le feu à leur habitation en mai de la même année, alors qu'ils étaient mariés depuis deux mois. Elle avait agi dans un accès de colère suite à une dispute dans un contexte alcoolisé. Là aussi, elle avait elle-même averti les pompiers, immédiatement après l'incendie volontaire. Le feu avait détruit une partie de l'étage inférieur et une collection de quelque 3.000 livres historiques du mari.

Antécédents
Mieke M. a un passé frappant. À douze ans, elle a dû sortir sa mère malade de leur habitation en flammes à l'aide d'une chaise roulante. Plus tard, elle a aussi dû fuir ses domiciles en feu à Ypres, Beselare et Menin. Elle avait déjà mis le feu au domicile de deux anciens partenaires, à Courtrai et à Zwevegem, chaque fois sous l'influence de l'alcool. Elle a suivi un traitement, mais a été rattrapée par ses démons en 2012, après plusieurs années de sobriété. Lors de son procès, elle semblait déterminée à en finir pour de bon avec son problème de boisson.

"D'autres beaux moments nous attendent"...
Après l'incendie volontaire de 2012, Edwin ne l'a pas abandonnée. "Je suis convaincu que Mieke n'a pas bouté le feu intentionnellement", déclarait-il à l'époque, lui reconnaissant une jeunesse "très difficile". "Je la soutiens car je l'aime trop. D'autres beaux moments nous attendent encore certainement", avait-il prédit, assez ironiquement, même s'il n'avait pas tout à fait tort, puisque le couple a un fils de trois ans.