Une épidémie de Diarrhée fait une soixantaine de victimes à Anyama, le préfet Vincent Toh Bi : «  le koutoukou n’est pas un médicament contre cette maladie »

Une épidémie de diarrhée fait rage dans la localité d'Anyama depuis mercredi. Ce jeudi 23 janvier 2020, Vincent Toh Bi, préfet d'Abidjan s 'y est rendu.


« Hier mercredi matin, des cas de diarrhée suspecte ont été constatés dans le village de M’Pody, Sous-préfecture d’Anyama. Alertés, les services de santé ont immédiatement été dépêchés sur place ainsi que les services de sécurité. Le nombre de personnes souffrant de diarrhée est rapidement passé de 37 à 69 ce matin. Ce sont 07 enfants de 0 à 05 ans qui sont touchés et 62 individus de 06 à 70 ans », a constaté l'autorité préfectorale.

Selon lui, les premiers indices inclinent à penser que l’eau du château du village (d’où une odeur fétide s’échappait) géré et entretenu localement serait à l’origine de ces malaises, en attendant que l’Institut National d’Hygiène Publique (INHP) rende disponibles les résultats des analyses approfondies.

« Nous avons pris des mesures à savoir la distribution gratuite depuis hier de médicaments aux populations par les services de santé ; la fermeture provisoire du château d’eau ; l'approvisionnement du village en citernes d’eau par l’ONEP (Office National de l’Eau Potable) en quantité suffisante en attendant la réouverture du château, la sensibilisation des populations ainsi que la veille sécuritaire et sanitaire », a-t-il énuméré.

Le préfet Toh Bi a par ailleurs, rassuré que les événements sont sous contrôle. Pour lui, il n'y aucune panique à avoir. « Cependant, nous demandons aux populations de M’Pody de suivre scrupuleusement ces instructions de crise. Cadres de M’Pody, parlez également à vos parents qui ont la diarrhée et qui refusent de se rendre au centre de santé où les médicaments sont gratuits. J’ai vu tout à l’heure de vieilles mamans et des bébés malades et enfermés à la maison. Dites à certains de vos parents que le koutoukou n’est pas un médicament contre la diarrhée, comme ils le laissent entendre ici. Facilitez le travail des secours », a-t-il fortement exhorté.

Jonas BAIKEH