Tabagisme: Le tabac tue 5000 personnes par an en Côte d’Ivoire

Ce vendredi, à l’instar du monde entier, la Côte d’Ivoire commémore la journée mondiale sans tabac, à l’Institut national de la jeunesse et des sports (Injs), dans la commune de Marcory.


« J’invite tous les fumeurs à s’abstenir de fumer durant ce jour de solennité, et pourquoi pas, durant le restant de leur vie ». Cet appel du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le Dr Aka Aouélé, à l’occasion de la journée mondiale sans tabac, prévue ce vendredi, est une injonction faite aux consommateurs de tabac en vue d’arrêter de détruire leur santé.

En effet, plus qu’un fléau, le tabagisme est une épidémie mondiale. Première cause de décès évitables et dans la survenue de plus de 30 maladies chroniques et faisant plus de 6 millions de décès annuels à travers le monde, le tabac est la cause de la mortalité de 5000 personnes en Côte d’Ivoire. A ces chiffres, il faut ajouter que 90% des cancers du poumon sont dus au tabagisme.

En outre les cancers du poumon représentent la quatrième cause de décès dans les services de santé en Côte d’Ivoire. Ces chiffres livrés dans la déclaration du gouvernement lue par le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le Dr Aka Aouélé, à l’occasion de cette journée mondiale, montrent bien la dangerosité du tabac qui est devenu un problème de santé publique.

A travers la journée mondiale sans tabac 2019, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) vient confirmer la dangerosité de la consommation du tabac, en souligner tous les risques associés et plaider en faveur de politiques efficaces pour réduire sa consommation. Ainsi, autour du thème: « Le tabac et la santé pulmonaire », l’Oms entend, en accord avec les gouvernements, sensibiliser davantage et alerter la population sur divers sujets relatifs à la santé pulmonaire et à la lutte antitabac de manière générale.

Car, rappelle le ministre Aka Aouélé: « la consommation du tabac sous toutes ses formes est néfaste pour la santé en générale et pour les poumons en particulier ». Appelant ainsi à une action conjuguée de tous et une mobilisation de toute la nation, pour lutter efficacement contre ce fléau.

En la matière, à en croire le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, l’Etat de Côte d’Ivoire a ratifié la Convention Cadre de l’Oms pour la Lutte Antitabac, dont l’amorce de mise en œuvre a permis d’obtenir des résultats encourageants.

Il s’agit, entre autres, du renforcement progressif du cadre institutionnel et réglementaire, de plus d’implication des sociétés savantes, la société civile, les hommes de média, les artistes et bien d’autres groupes et de l’organisation, souventes fois, d’activités d’éducation et de communication à l’endroit des populations.

Cependant, « dans le cadre de cette lutte antitabac, les défis sont immenses. C’est pourquoi nous devons, ensemble redoubler d’effort et d’ardeur pour faire reculer la consommation de tabac dans notre pays. Nous avons le devoir et la responsabilité de protéger notre santé, en particulier celle de notre jeunesse qui constitue un maillon essentiel dans la perspective du développement économique et social de la Côte d’Ivoire », a plaidé le Dr Aka Aouélé.

Cet objectif ne peut être atteint que par l’adoption de mesures essentiellement préventives pour la protection de notre environnement et surtout de notre santé.

GERMAINE BONI