Situation politique: Le message fort de Soro aux chrétiens de Côte d’Ivoire

C’est un message fort, chargé d’images et de symboles, que Guillaume Soro, poursuivi en Côte d’Ivoire pour « atteinte à l’autorité de l’État », a adressé, dimanche 26 janvier 2020, à la communauté chrétienne de Côte d’Ivoire. Une sortie qui intervient à un moment crucial de la vie politico-social du pays, à 9 mois de l’élection présidentielle de 2020.


« Chers frères et sœurs, chrétiens et chrétiennes, chers amis du christianisme, en ce dimanche, ouvrons nos cœurs pour recevoir la lumière de Jésus ainsi que celle de son Père, pour présenter tous les désirs et besoins de nos frères et sœurs », écrit d’abord le président de Générations et peuples solidaires (Gps), depuis l’Europe où il a trouvé refuge.

Les chrétiens de Côte d’Ivoire désirent un climat électoral apaisé, des élections justes, avec une Commission électorale inclusive qui emporte la confiance de tous les acteurs. Ce qui, aux yeux de l’église catholique, est loin d’être le cas, en ce moment. Guillaume Soro, candidat déclaré à la présidentielle prochaine, qui avait dérouté son avion, le ramenant en Côte d’Ivoire, le lundi 23 décembre 2019, pour échapper à une arrestation, a vu l’arrestation et l’incarcération dans des prisons du pays, des cadres et élus qui se réclament de lui.

L’archevêque d’Abidjan, Jean-Pierre Cardinal Kutwa, a plaidé auprès du chef de l’État, Alassane Ouattara, à la cathédrale St Paul du Plateau, en pure perte, leur libération, le lundi 30 décembre 2019, dans une homélie. Face à un environnement préélectoral tendu, l’église catholique appelait ses fidèles à une grande « marche pour la paix et des élections apaisées », le samedi 15 février 2020. C’est dans ce contexte que le président démissionnaire de l’Assemblée nationale invite les chrétiens à se rapprocher, pour mettre les combles dans tout ce qui est creux en Côte d’Ivoire, tant au plan social que politique. « Seigneur, aide tous les chrétiens à se rapprocher les uns des autres, en acceptant leur diversité, et en rendant grâce, pour combler les fossés qui les divisent et qui empêchent ta lumière d’éclairer davantage tous les recoins de notre monde », prie-t-il.

Guillaume Soro n’appelle pas, ouvertement, contrairement à Bédié, ses partisans à se joindre aux chrétiens, le samedi 15 février prochain, mais, de façon très subtile, il appelle les chrétiens à faire tomber les murs des « fossés » qui les divisent, donc à faire front commun, afin que la lumière libératrice de Jésus éclaire « tous les recoins de notre monde ». Car, selon le député de Ferké, ancien séminariste, « par lui, avec lui et en lui, nous te confions toutes ces demandes ».

Selon certains de ses partisans, Guillaume Soro devrait être en Côte d’Ivoire, le 4 octobre 2020, sans donner plus de détails sur ce retour de leur « champion ».

Armand B. DEPEYLA