Revendications des enseignants/Kandia Camara: ’’Les acquis de nos échanges augurent d’une bonne fin d’année scolaire’’

La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle a rencontré, hier, à son cabinet au Plateau, l’ensemble des syndicats du secteur éducation /formation.


Un peu plus de deux heures. C’est le temps qu’a duré la rencontre qu’a eue, hier, à son cabinet au Plateau, la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara, avec  les responsables syndicaux du secteur éducation / formation. Les échanges ont porté sur les points de revendications des enseignants, la grève en cours de la Coalition du secteur éducation / formation (Cosefci) et l’organisation des examens de fin d’année.

Kandia Camara s’est, au sortir de la réunion, félicitée de l’esprit de convivialité et de fraternité qui a prévalu tout au long des débats. « Les acquis de nos échanges augurent d’une bonne fin d’année scolaire », a-t-elle lancé, pour lever tout doute sur la tenue des sessions 2019 des examens à grand tirage. Sans donner plus de détail, la ministre a indiqué que des avancées notables ont été enregistrées à l’issue des discussions avec ses hôtes. Notamment sur bon nombre de revendications à caractère administratif et financier. « Après des échanges fructueux, nous nous sommes accordés sur des points qui peuvent être satisfaits à notre niveau et au niveau du ministère de la Fonction publique, qui nous en a donné l’assurance », a révélé la Menet. Avant d’ajouter que d’autres, évidemment, n’ont, pour l’heure, pas trouvé d’issue heureuse.

La représentante du gouvernement a, cependant, précisé que toutes les parties sont  engagées dans un processus de discussion mis en place depuis 2017 et qui prend en compte l’accord de trêve conclu avec les syndicats. « Nous allons continuer de discuter (…). Nous n’allons pas rechigner à rechercher des voies et moyens pour résoudre les problèmes qui peuvent l’être », a-t-elle fait savoir.

Le porte-parole de la Cosefci, Pacôme Attaby, dont l’organisation syndicale conduit une grève dans les établissements primaires et secondaires, a, lui aussi, salué l’atmosphère apaisée dans laquelle s’est tenue la rencontre. Il a soutenu que le mot d’ordre de grève de la Cosefci est maintenu jusqu’à l’organisation, dans les jours prochains, d’une assemblée générale devant statuer sur sa levée.

GERMAIN GABO