Retour de Gbagbo : Affi N’Guessan réaffirme sa posture de trouver une "solution politique"

  • 07/04/2020
  • Source : Fratmat.info
La rencontre du président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’Guessan et le Vice-président, Daniel Kablan Duncan le 13 février 2020, à Abidjan a suscité une vive polémique au sein d’une frange de la formation politique crée par Laurent Gbagbo. A telle enseigne qu’un membre de son conseil d’avocat Me Touré a cru bon de préciser dans les colonnes de l’hebdomadaire Jeune Afrique que le président Affi N’Guessan n’a pas été mandaté par l’ex-Chef de l’Etat pour discuter avec le gouvernement.

Pour qui connaît la posture de l’ancien premier ministre Affi N’Guessan, en ce qui concerne la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire, l’on n’est pas surpris par sa démarche. Le leader du Fpi fait partie de ces hommes politiques en Côte d’Ivoire qui estiment que la crise ivoirienne est avant tout politique et que c’est par la politique les Ivoiriens devront trouver une solution à sa résolution.

Du retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, la lecture de son ex-premier ministre ne souffre d’aucune ambiguïté.

D’ailleurs dans la note, datant du 18 février 2020, en réaction d’une frange du parti et de celle de l’avocate de Gbagbo, son secrétaire général et porte-parole du parti, Issiaka Sangaré indique que la démarche du président Affi N’Guessan est avant tout personnel. « Cette démarche est une initiative personnelle endossée par le parti et résulte de l'observation que la restriction des libertés du Président Laurent Gbagbo, acquitté en 1ère instance, n'a plus aucun fondement juridique mais résulte d'une décision d'opportunité politique », déclare le porte-parole du parti. Et d’affirmer que « la posture d'homme d'Etat du président Pascal Affi N'guessan l'incline à relever et dénoncer toutes les situations qui impactent la cohésion sociale et l'exercice des libertés publiques et individuelles et qui entravent la réconciliation nationale. »

Pour la branche légale du Fpi, le processus d'unité mettra en évidence deux forces antagonistes. Il s’agit, précise, la note de « celles du progrès allant dans le sens de l'unité pour la sauvegarde des acquis démocratiques et le progrès social et celles des forces rétrogrades qui se complaisent dans la préservation de leur zone de confort au détriment de l'intérêt général. »

Saluant les discours des acteurs politiques de premier rang du parti appelant à l'unité, le porte-parole du parti a invité l’ensemble des militants à s’inscrire dans la dynamique nouvelle visant à aboutir à un congrès unitaire.

Au moment où une frange de l’opposition politique en Côte d’Ivoire conduite par le Pdci-Rda réclame un dialogue direct avec le Président de la République, Alassane Ouattara, Pascal Affi N’Guessan en précurseur avait indiqué cette voie qu’il a amorcé, le jeudi 13 février 2020. A cela, il faut rappeler qu’à l’annonce du dialogue politique suscité pour la première fois par le gouvernement - au moment de l’idylle entre le Chef de l’Etat et son aîné Henri Konan Bédié - que M. Affi réclamait les « états généraux de la République » ?

Salif D. Cheickna