Rennes remporte la Coupe de France 2019 et châtie Paris

Le Stade Rennais a battu le Paris Saint-Germain samedi 27 avril au bout du suspense, en finale de la Coupe de France (2-2, 6 tirs au but à 5). Rapidement menés au score, les Bretons ont trouvé les ressources pour refaire surface et tenir tête aux Parisiens jusqu’au bout, pour l’emporter dans la fatidique séance des tirs au but. Défait, le PSG signe sa saison la moins brillante depuis 2013.


Cela faisait douze ans que la Coupe de France ne s’était plus jouée jusqu’aux tirs au but. La dernière fois, c’était en 2007, avec une victoire de Sochaux contre Marseille (2-2, 5 tirs au but à 4). Les plus anciens se rappellent qu’en 1982, le PSG remportait le tout premier trophée de son histoire, la Coupe de France justement, en battant Saint-Etienne dans ce même exercice (2-2, 6 tirs au but à 5). Cette année, le score est le même… mais pour l’adversaire. Ce samedi 27 avril, Rennes a triomphé du PSG en finale de la Coupe de France 2019.

Paris, la confiance puis le doute

C’est la fin d’une longue, très longue disette pour le club breton. Depuis 1971 et une victoire en Coupe de France contre l’Olympique lyonnais, Rennes n’avait plus remporté le moindre titre majeur en France, échouant notamment deux fois en finale de cette même coupe (2009 et 2014) et une fois en finale de la Coupe de la Ligue (2013). La malédiction a pris fin peu avant minuit, après 120 minutes de jeu intenses et indécises et une séance de tirs au but au Stade de France.

Tout avait pourtant mal commencé pour les Rennais sur la pelouse de Saint-Denis. Après 13 minutes de jeu, c’est le PSG qui virait en tête grâce à un superbe but de Daniel Alves, d’une volée sans contrôle à l’entrée de la surface. Passeur sur l’ouverture du score, Neymar se muait ensuite en buteur d’un lob parfait sur Tomas Koubek (21e). Les vainqueurs des quatre dernières Coupes de France menaient alors 2-0 et semblaient bien partis pour en enchaîner une cinquième.

Mais Rennes n’a pas baissé pavillon, et après un tir de M’Baye Niang sur le poteau, les hommes de Julien Stéphan ont repris espoir quand Hamari Traoré a vu son centrer être dévié par Presnel Kimpembe dans ses propres filets (40e). Avec ce score de 2-1, les Rouge et Noir étaient à nouveau dans le coup.

Mbappé a craqué

Les nombreux supporters rennais présents au Stade de France ont pu exulter après l’heure de jeu. Mexer, le défenseur central mozambicain, s’est défait de tout marquage sur corner et a placé une tête imparable au premier poteau (66e). Déstabilisé par un adversaire à sa hauteur, incapable de reprendre le contrôle comme en début de partie, Paris n’a pu assumer son statut de favori à nouveau. Et la prolongation est arrivée.

Le Mozambicain Mexer, défenseur du Stade Rennais, a marqué le but du 2-2 face au PSG en finale de la Coupe de France 2019.Charles Platiau/Reuters

Bien discret dans ce match jusque-là, Kylian Mbappé a été, malgré lui, l’homme de ces 30 minutes supplémentaires. L’attaquant a d’abord trouvé le poteau de Tomas Koubek (99e). Puis, alors que la séance de tirs au but se profilait, le champion du monde a craqué. Etait-il en colère après une précédente faute sur Neymar ? A-t-il tout simplement raté son geste ? On l’ignore. Toujours est-il que, pour avoir mis une grosse semelle sur le genou de Damien Da Silva, Kylian Mbappé a été expulsé par M. Ruddy Buquet, l’arbitre de la finale (118e). Les tirs au but se sont donc joués sans lui.

Rennes attendait ça depuis 48 ans

Face au virage des supporters parisiens, les gardiens Alphonse Areola et Tomas Koubek ont longtemps été réduits au rang de faire-valoir. Aucun des cinq premiers tireurs n’a flanché, et sur ces dix tentatives, Areola et Koubek ne sont partis du bon côté qu’à une reprise chacun, sans succès pour autant. Ismaïla Sarr s’est ensuite présenté pour porter le score à 6-5.

Puis, vint le tour de Christopher Nkunku, entré en jeu juste après le carton rouge de Mbappé. Et le milieu de terrain a craqué en envoyant son tir bien au-dessus de la barre transversale. Son échec a signé la victoire de Rennes et la défaite de son équipe (2-2, 6 tirs au but à 5). Enfin, le Stade Rennais a retrouvé le goût de l’euphorie, 48 ans après son dernier titre. L’attente était rude, et des larmes ont coulé dans le clan breton. Julien Stéphan, le coach arrivé à la place de Sabri Lamouchi en décembre dernier, a bien mérité son statut de chouchou à Rennes.

Paris, une gueule de bois comme jamais

Pour Paris, l’atmosphère est bien moins réjouissante. Les visages étaient fermés sur la pelouse après le tir au but raté de Nkunku. C’est officiel : cette saison 2018-2019 est bien la moins brillante depuis que le club a renoué avec les titres, soit depuis la saison 2012-2013. Cette saison-là, le PSG n’avait remporté « que » la Ligue 1 mais s’était hissé en quarts de finale de la Ligue des champions.

En ce cru 2018-2019, le club de la capitale a abandonné la Coupe de la Ligue après cinq titres d’affilée, la Coupe de France après quatre titres d’affilée, et s’est arrêté en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Le sacre en championnat est insuffisant pour un club habitué à tout engloutir en France. Il va y avoir du travail dans les semaines à venir pour le président Nasser Al-Khelaïfi, l’entraîneur Thomas Tuchel et tout le PSG. Le projet parisien a pris un gros coup. Les réparations risquent de prendre du temps…