Martin Fayulu :

Deux mois après la proclamation de la victoire de Félix Tshisekedi à la présidentielle du Congo, l’opposant Martin Fayulu a estimé mercredi sur France 24 que le système Kabila était toujours en place.


"La communauté internationale a des comptes à rendre au peuple congolais". En tournée en Europe, l’opposant Martin Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle en République démocratique du Congo, a jugé avec sévérité, mercredi 20 mars sur France 24, le rôle de la communauté internationale dans l’élection qui a vu, il y a deux mois, Félix Tshisekedi succéder à Joseph Kabila.

Lui qui continue à clamer la victoire a indiqué : "Ma stratégie, ma feuille de route, c’est le peuple congolais […]. Ce peuple m’appelle 'commandant du peuple', je suis devant, et nous continuons pour recouvrer sa victoire".

Selon lui, l’issue de l’élection ne vise qu’à sauver les apparences aux yeux du monde : "Il ne faut pas être naïf : la communauté internationale voulait le départ de Kabila, mais aujourd’hui le système Kabila est là parce que Kabila s’est mis un masque, ce masque s'appelle Felix Tshisekedi", a-t-il jugé.

"Je ne veux pas donner des béquilles à Kabila ou à Tshisekedi"

"Le système Kabila continue sur tous les plans : députés nationaux, députés provinciaux, sénateurs, patrons de la sécurité, direction générale des migrations, services de renseignements, armée… Tout, est entre les mains de monsieur Kabila", a-t-il dénoncé avant d’interroger : "Je demande à la communauté internationale si sa ligne rouge était vraiment une bonne ligne rouge". La communauté internationale avait, en effet, pressé Joseph Kabila au pouvoir depuis l'assassinat de son père, Laurent-Désiré Kabila en 2001 de passer la main.

"Certains pays occidentaux demandent à Félix Tshisekedi de prendre ses distances avec Joseph Kabila, mais ils oublient que c’est Kabila qui l’a placé dans cette position. C’est trop demander à quelqu’un qui a été mis comme une marionnette", a pointé Martin Fayulu.

Interrogé sur l’éventualité d’un rapprochement avec Félix Tshisekedi, Martin Fayulu a indiqué : "Je n’envisage aucune compromission, j’envisage plutôt une solution qui satisfasse le peuple congolais, qui satisfasse la vérité des urnes". "Je ne veux pas donner des béquilles à Kabila ou à Tshisekedi", a-t-il encore déclaré en dénonçant : "Kabila a paupérisé les Congolais et a ridiculisé le Congo. Nous devons sortir de ce trou".