Les violences font des milliers de déplacées en Éthiopie

Depuis juillet, plus de 200.000 personnes ont fui dans des camps à la suite d'un conflit ethnique à la frontière des régions d'Oromia et de Somali, en Éthiopie, selon le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).


La plupart de ceux qui se trouvent dans les camps viennent de la région d'Oromia.

"Peu d’organisation d'aide sont présentes et de plus en plus de familles arrivent chaque jour exerçant une véritable pression sur les ressources".

"Les anciens nous disent que les gens meurent par manque d'aide. Ces familles ont besoin d'une aide vitale avant qu'il ne soit trop tard", a déclaré Evelyn Aero, conseillère régionale du NRC.

Selon le Conseil norvégien pour les réfugiés, le nombre total de personnes déplacées par le conflit s'élève aujourd'hui à 700.000.

Abdirahman Moalim, un agriculteur qui a fui l'est de l'Oromia l'année dernière, a déclaré à l'organisation d'aide : "Nous avons fui les violences avec seulement les vêtements que nous portons".

L'ancien gouverneur de la région de Somali, Abdi Mohamed Omar, qui a été contraint de démissionner en août, est accusé de violations des droits de l'homme pendant ses 13 années au pouvoir ; chose qu’il nie depuis son départ.