L'ONU suspend sa collaboration avec Caritas en Centrafrique à cause d'un pédophile belge

Les Nations unies ont suspendu leur collaboration avec la branche de Caritas International en République centrafricaine, rapporte la chaîne américaine CNN.


Un porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU, Jens Laerke, a indiqué vendredi à CNN que la collaboration avec l'ONG était suspendue le temps de l'enquête sur le père Luk D.

Cet homme âgé de 50 ans a été condamné en 2012 à un an de prison avec sursis probatoire pour avoir, onze ans auparavant, commis des attouchements sur deux garçons de 12 et 13 ans dans le dortoir de l'internat Don Bosco à Gand et pour possession de matériel pornographique sur son ordinateur. Une condamnation assortie de l'interdiction de travailler avec des enfants pendant dix ans.

La congrégation salésienne l'a alors envoyé en Centrafrique pour y occuper une fonction administrative auprès de Caritas. Dans celle-ci, il ne devait entretenir aucun contact avec des enfants mais, en juin, il est apparu qu'il aurait commis de nouveaux faits. La congrégation l'a dès lors rapatrié en Belgique. Une plainte de victime à son encontre aurait été enregistrée récemment à Bangui.

Une enquête ouverte

Le parquet de Louvain, en Belgique, a ouvert une enquête. "Nous sommes consternés par les accusations gravissimes d'abus sur mineurs visant un membre du personnel du réseau mondial Caritas qui travaillait en Centrafrique", a de son côté réagi Caritas International, une ONG catholique fondée en Belgique pour soutenir les victimes de violences, de catastrophes naturelles et de la pauvreté. 

"Nous déplorons que les mécanismes de prévention de la confédération Caritas n'aient pas fonctionné dans ce cas. L'écartement de cette personne est intervenue le 29 juin dernier suite aux accusations portées à la connaissance du réseau", a-t-elle ajouté dans un communiqué diffusé cette semaine. Un audit externe est en cours.

"Nous rappelons que toute personne ayant des raisons de douter de l'intégrité de Caritas peut saisir le mécanisme de plainte mis en place depuis 2018 via ombudsman@caritas.be et/ou en informer immédiatement les autorités civiles compétentes", a souligné l'organisation.