L'Afrique à la conquête de l'espace

L’agence spatiale égyptienne veut lancer une compétition nationale d’ici la fin du mois de janvier. Objectif : envoyer un premier Égyptien dans la Station spatiale internationale (ISS) à l’horizon 2026.


Depuis son bureau du Caire, le directeur de l’agence spatiale égyptienne, Mohamed El-Qousy, dévoile son ambition. « Le concours sera ouvert à tous, hommes comme femmes », soutient Mohamed El-Qousy. « Cela va développer la connaissance de l’espace dans le pays et encourager la jeunesse égyptienne à s’entraîner. Ils seront motivés pour être en bonne forme physique et morale, et pour avoir un bon niveau scientifique. »

Deux Égyptiens seront alors choisis à l’issue d’un processus de sélection qui doit durer trois ans, et dont les critères restent à définir. Les deux heureux élus suivront ensuite un programme d’entraînement en Russie, l’un des partenaires du programme spatial égyptien.

« L’espace n’est pas un luxe »

Pour certains observateurs, cette initiative n’apparaît pas comme prioritaire dans un pays où près d’un tiers de la population vit avec moins d’un dollar et demi par jour. « L’espace, ce n’est pas un luxe », se défend le directeur de l’agence spatiale égyptienne. « L’exploration spatiale, l’espace comme moyen de communication… Ce sont des questions importantes pour chaque pays. [Avoir un astronaute], cela aura des retombées positives pour les revenus de l’Égypte », prédit El-Qousy.

Au-delà des retombées économiques, envoyer un homme dans l’espace rapportera aussi des bénéfices politiques comme symboliques selon Sékou Ouedraogo, président de l’association African aeronautics and Space organisation. « Ça ferait rentrer l’Égypte dans un club très fermé, qui n’était réservé qu’aux Russes et aux Américains jusqu’à il y a peu », analyse-t-il. « Ce serait un signal fort, d’autant plus qu’aucun État d’Afrique n’est parvenu à envoyer un de ses ressortissants dans l’espace jusqu’à présent. »

L'Égypte veut être le premier pays du continent à y arriver d’ici 2026. Reste à savoir si les futurs astronautes égyptiens seront nommés les « pharaonautes ».

Les « Afronautes »

Bien avant le projet égyptien, de nombreux Africains ont tenté de partir à la conquête de l’espace, dès les années 1960 et un seul a réussi.

Le 25 avril 2002, le milliardaire sud-africain Mark Shuttleworth atteint l'espace. À 28 ans, il devient le premier africain de l'histoire à être mis en orbite. Pourtant, sa mission n'a rien de scientifique. L'entrepreneur débourse 20 millions de dollars pour s'offrir cette escapade spatiale...


Retrouvez la suite de cet article sur rfi.fr