Kenya : après la réconciliation un chemin difficile à suivre

La réunion imprévue du 9 mars 2018 entre le président kényan Uhuru Kenyatta et le chef de l’opposition Raila Odinga a été significative. Dans leur déclaration conjointe publiée après les pourparlers, ils ont promis de s’attaquer à la « détérioration des relations entre les communautés » et à « l’antagonisme et la concurrence agressifs » qui ont entaché les cycles électoraux répétés au Kenya. Cet engagement est le bienvenu : les paroles chaleureuses entre les deux hommes devraient aider à résoudre la crise prolongée provoquée par l’élection présidentielle contestée de l’année dernière, tout en augmentant les perspectives d’une certaine forme de dialogue national et de réformes pour éviter une répétition. maisle plus dure commence.

Les deux dirigeants, ainsi que d’autres politiciens, chefs d’entreprise, religieux et diplomates, doivent maintenant veiller à ce que la prochaine phase soit un processus consensuel, en aboutissant à un changement significatif. Les priorités comprennent une enquête sur les assassinats par la police et la réforme de la police ; la réouverture à la société civile et aux médias ; et des réformes politiques qui élargissent la représentation au sein de l’exécutif. Même si les changements apportés aux règles sont importants, ils ne tempéreront pas la politique ethnique à somme nulle du pays sans un changement plus important dans le comportement des dirigeants kényans.

L’élection présidentielle, qui s’est tenue le 8 août 2017, opposait le président sortant Kenyatta à Odinga, leader de l’opposition. Les deux sont des descendants de familles politiques importantes - Kenyatta senior était le premier président et l’aîné Odinga était vice-président à l’indépendance. La paire s’est effondrée dans les années 1960 et les deux familles ont dominé la compétition politique pendant des décennies.

En prévision des élections de 2017, les jeunes Kenyatta et Odinga se sont retrouvés en tête des alliances, qui se sont regroupées en grande partie selon des critères ethniques. La commission électorale a déclaré Kenyatta vainqueur, mais Odinga a rejeté les résultats. La Cour suprême a annulé le vote le 1er septembre, constatant des irrégularités et des irrégularités généralisées dans le décompte, la compilation et la transmission des résultats, et a ordonné de nouvelles élections. Odinga a boycotté ces sondages, qui se sont déroulés le 26 octobre, invoquant une réforme insuffisante des autorités électorales. Kenyatta a gagné avec 98% des voix (bien que le taux de participation dans les zones d’opposition soit extrêmement faible) et a été déclaré président...


Retrouvez la suite de cet article sur afrik.com