Football: Lionel Messi remporte le Ballon d'Or 2019 et établit un nouveau record

Le footballeur argentin Lionel Messi a été sacré Ballon d'Or 2019 à Paris, lundi 2 décembre. L'attaquant argentin, auteur d'une nouvelle année de premier ordre sur un plan personnel, soulève le trophée de meilleur joueur du monde pour la 6e fois de sa carrière, nouveau record en la matière.


La « norme » instaurée en 2008 est rétablie. L'année dernière, une « anomalie » s'était distinguée : Luka Modric avait remporté le Ballon d'Or 2018, récompense de sa belle année avec le Real Madrid, vainqueur de la Ligue des champions, et avec la Croatie, sélection vice-championne du monde et dont il était le capitaine. Le milieu de terrain mettait ainsi un terme à dix années de règne sans partage du duo Lionel Messi-Cristiano Ronaldo (cinq Ballons d'Or chacun entre 2008 et 2017, voir palmarès plus bas).

Le rituel établi par le duo d'extraterrestres reprend vie avec ce cru 2019. Ce lundi 2 décembre, le Ballon d'Or 2019 a été attribué à Lionel Messi.

Ses performances individuelles lui permettent de surpasser Cristiano Ronaldo

Le suspense s'était quelque peu envolé ces dernières semaines. L'arrivée de la star argentine tout sourire au Théâtre du Châtelet de Paris, sous les acclamations de ses nombreux fans, avait donné le ton. L'absence de Sadio Mané, l'un des favoris (Cristiano Ronaldo aussi manquait à l'appel), était un autre signe. Et l'attribution du titre de meilleur joueur lors des trophées FIFA The Best, fin septembre, laissait peu de place au doute : avec ses performances individuelles, Lionel Messi a encore suffisamment ébloui la planète football pour se voir honorer.

Soulier d'Or européen 2019 avec 36 réalisations (sa 6e victoire dans cette catégorie récompensant les meilleurs buteurs évoluant en Europe), vainqueur de la Liga avec le FC Barcelone, l'Argentin de 32 ans aurait pu souffrir, dans la course au Ballon d'Or, de l'élimination mémorable du Barça en demi-finales de la Ligue des champions face à Liverpool et de la défaite de l'Argentine en demi-finale de la Copa America face au Brésil.

Mais le Ballon d'Or est un trophée particulier. Parfois, on récompense le meilleur joueur du monde, le plus talentueux, le plus incroyable, le buteur le plus prolifique. Parfois, on récompense le joueur auteur de la plus belle saison, à l'image de Modric en 2018. En 2019, les résultats décevants de Barcelone et de la sélection argentine n'ont pas empêché Lionel Messi d'accomplir des miracles balle au pied et de soulever son 6e Ballon d'Or (2009, 2010, 2011, 2012, 2015 et 2019), nouveau record en la matière devant les 5 de Cristiano Ronaldo (2008, 2013, 2014, 2016, 2017).

Mané, Van Dijk et les Reds aussi victimes de la dispersion des votes

La concurrence était pourtant rude pour celui qu'on surnomme « La Pulga » (« La Puce »). Face à lui, de très sérieux candidats pouvaient prétendre à la récompense. Des outsiders qui portent tous la même tunique : celle de Liverpool. Sur les 30 finalistes de ce Ballon d'Or 2019, 7 jouent avec le club de la Mersey. Et 4 se sont classés dans le Top 10.

Il faut dire que la victoire des Reds en Ligue des champions a marqué cette année 2019. Parmi les hommes les plus brillants de Jürgen Klopp, deux se détachaient: Virgil van Dijk et Sadio Mané.

Le Néerlandais a été si solide qu'il est souvent qualifié de meilleur défenseur du monde depuis qu'il joue à Liverpool. Impérial dans la charnière, Van Dijk, finaliste de la Ligue des Nations avec les Pays-Bas et cadre majeur de ces Reds conquérants, avait de sérieux arguments en sa faveur. Les défenseurs ne sont pas souvent récompensés au Ballon d'Or, et lui avait ses chances.

Sadio Mané, lui, a réalisé la meilleure saison de sa carrière en 2018-2019. Co-meilleur buteur de Premier League (23 buts), le Sénégalais a été aussi brillant en Ligue des champions. Il a aussi mené les Lions de la Téranga jusqu'en finale de la Coupe d'Afrique des nations. Avant de la disputer, l'attaquant avait d'ailleurs demandé plus de considération pour cette compétition.

Mais finalement, ni Virgil van Dijk (2e), ni Sadio Mané (4e), ni Mohamed Salah (5e), ni Alisson Becker (7e), ni Roberto Firmino (17e), ni Trent Alexander-Arnold (19e), ni Georginio Wijnaldum (26e) n'ont pu empêcher Lionel Messi de faire main-basse sur le Ballon d'Or 2019. Cela tient au talent de l'Argentin d'une part, et aussi à l'éclatement des votes entre plusieurs Reds méritants d'autre part. En 2018, déjà, les Français Antoine Griezmann, Kylian Mbappé et Raphaël Varane avaient souffert de cet effet...


Retrouvez la suite de cet article sur rfi.fr