Football: Emiliano Sala, une disparition dans la force de l’âge

La police de l'île anglo-normande de Guernesey, au large de laquelle l'avion emprunté par le footballeur argentin Emiliano Sala a disparu, a annoncé jeudi 24 janvier après-midi mettre fin aux recherches. Le Piper PA 46 Malibu qui transportait Emiliano Sala était sorti des radars dans la nuit du lundi au mardi 22 janvier lors d'un trajet entre Nantes et Cardiff, au-dessus de la Manche. Sala, qui avait débuté sa carrière en France avec Bordeaux, venait de signer avec Cardiff City en Premier League pour trois années et demi.


Ces derniers jours, Vahid Halilhoddzic, le coach de Nantes, ne cachait pas sa déception de perdre son buteur qui avait décidé de rejoindre le pays de Galles. Cardiff venait d'ailleurs de faire de l'Argentin la recrue la plus chère de son histoire : 17 millions d'euros !

Un crève-cœur pour le technicien nantais Halilhodzic, qui souhaitait à tout prix conserver Emiliano Sala chez les Canaris, jusqu'à rentrer en conflit avec sa direction. Aujourd’hui, Vahid Halilhoddzic est comme tout le monde, triste de cette disparition tragique. « C'est un attaquant comme on en voit très peu aujourd'hui. Un garçon très attachant, très travailleur », résumait le coach franco-bosnien à son sujet, au moment où l’information sur la disparition de l’avion était annoncée.

Premier contrat professionnel à Bordeaux

Emiliano Sala est né le 31 octobre 1990 à Cululù, un village de 300 habitants où il a vécu jusqu'à ses trois ans dans la province de Santa Fe, au nord de Buenos Aires. Il intègre le centre de formation bordelais de Proyecto Crecer, situé en Argentine, avant de rejoindre la réserve des Girondins de Bordeaux en 2010 pour poursuivre sa formation. Ce buteur atypique commence le football à l'âge de quatre ans. Ces deux dernières saisons, il s'était fait un nom dans le Championnat de France.

Emiliano Sala est passé professionnel à Bordeaux en 2012, mais a tout de suite été prêté à Orléans (Nationale). Ensuite, ce sera Niort en Ligue 2 et Caen en Ligue 1 où il est d'ailleurs décisif pour le maintien des Normands. Puis il signe un contrat de cinq années avec Nantes (2015). Et c’est avec les Canaris qu'il franchit un cap en enchaînant les saisons à plus de dix buts en championnat, devenant ainsi le joueur du club le plus prolifique depuis Olivier Monterrubio en 2001.

Avec douze buts en Ligue 1 cette saison, Sala avait un temps été co-meilleur buteur du Championnat de France aux côtés d'un certain Kylian Mbappé. Détecté à 15 ans, dans son petit village argentin, il a fait son bonhomme de chemin avec son style peu académique et ses allures dégingandées, qui ont parfois suscité des commentaires ironiques. « Je cours beaucoup. On peut penser que, du coup, je suis moins lucide devant le but, mais c'est mon jeu. Je me sens bien si je cours, si je touche beaucoup de ballons », disait celui qui avait été élu joueur du mois d'octobre en Ligue 1. Et d’ajouter : « Dans ma carrière, j'ai déjà marqué pas mal de buts, je sais le faire. »

« Il n'aurait jamais cru qu'il atteindrait ce niveau »

Dans la force de l'âge, Emiliano Sala s'est finalement imposé comme un élément indispensable de l'effectif nantais avant d'espérer briller ailleurs. « Il avait beaucoup d'espoir, vous savez ce que c'est que de jouer en Premier League. Il n'aurait jamais cru qu'il atteindrait ce niveau, c'était un truc de fou », a déclaré son père à la radio locale Latina au moment de la disparition de l’avion. En 2017, l'ancien coach de Nantes, Claudio Ranieri, confiant, affirmait : « Je ne me sépare pas d’Emiliano. Jamais Emiliano ne partira, il reste ici, à Nantes, tranquille. »

« Je suis très heureux d'être ici. Cela me fait très plaisir et j'ai hâte de commencer à m'entraîner, de rencontrer mes nouveaux coéquipiers et de me mettre au travail », avait déclaré Emiliano Sala lors de sa signature à Cardiff.

« Pourvu qu'il surgisse de nulle part comme il le fait si bien pour marquer tous ses buts », espèrait Bryan Bergougnoux, ancien joueur professionnel devenu entraîneur-joueur des amateurs de Thonon-Evian. Mais plus personne ne verra la longue silhouette du joueur argentin attendant patiemment de placer une tête au fond des filets. « Nous avons passé en revue toutes les informations disponibles (...) et avons pris la décision difficile de mettre fin aux recherches », a annoncé la police de Guernesey dans un communiqué, soulignant que les « chances de survie à ce stade sont infimes ».