Mark Luckie, un ancien employé noir de Facebook estime que l'entreprise a un problème avec les Noirs.


Le travail de M. Luckie consistait à gérer les relations de l'entreprise avec les "influenceurs" dans la Silicon Valley.

Dans une note de 2 500 mots, publiée mardi, il décrit ce qu'il considère comme "une culture qui parle d'inclusion, mais qui ne la pratique pas".

Dans certains bâtiments de l'entreprise, a dit M. Luckie, il y avait "plus d'affiches " Black Lives Matter " qu'il n'y a de vrais Noirs ".

Il poursuit en expliquant comment lui et d'autres employés noirs se sentaient souvent mal à l'aise au travail.

"Les employés noirs de Facebook savent qu'en élevant la voix, nous risquons de compromettre nos relations professionnelles et notre avancement professionnel", a-t-il écrit.

Au-delà de ceux qui travaillent pour Mark Zuckerberg, M. Luckie a déclaré qu'il estimait que les utilisateurs noirs de Facebook étaient également traités injustement.

"Les Noirs constatent que leurs tentatives de créer des "espaces sûrs" sur Facebook pour discuter entre eux sont rendues difficiles par la plateforme elle-même.

"Les gens qui ne sont pas noirs signalent ces efforts positifs comme un discours de haine, malgré le fait qu'ils ne violent souvent pas les conditions d'utilisation de Facebook."

Le porte-parole de Facebook, Anthony Harrison a réagi en expliquant la politique de diversité de l'entreprise.

"La croissance de la représentation de personnes issues de groupes plus diversifiés, travaillant dans de nombreuses fonctions différentes au sein de l'entreprise, est un facteur clé de notre capacité à réussir. Nous voulons soutenir pleinement tous les employés lorsqu'il y a des problèmes signalés et lorsqu'il peut y avoir des microcomportements qui s'additionnent. Nous allons continuer à faire tout ce que nous pouvons pour être une entreprise vraiment inclusive."

Bien que la note de M. Luckie ait été rendu public mardi, il a été diffusé sur Facebook le 8 novembre.

À ce moment-là, il a reçu une réponse d'Ime Archibong, directrice des partenariats produits de Facebook.

Mardi, M. Luckie a posté cette réponse sur Twitter, suggérant que le ton de Facebook publiquement ne correspondait pas nécessairement à ce qui lui avait été dit à l'interne.

M. Luckie semblait tenter de protéger l'identité de M. Archibong en brouillant son nom et sa photo, mais il y manquait une mention de "Ime" ailleurs sur l'écran, révélant la source.

M. Archibong - qui est également noir - a confirmé qu'il a écrit les commentaires.

Il a décrit la note de M. Luckie comme étant " assez égoïste et malhonnête "et l'a accusé d'avoir" un agenda égoïste et non les meilleures intentions pour la communauté et des gens que vous considérez probablement comme des amis de cœur".

Tout le monde a naturellement droit à avoir son opinion.

Et M. Archibong parlait pour lui-même, pas pour l'entreprise.

Et, comme c'est toujours le cas dans une grande entreprise, l'expérience de chacun peut être différente et les exemples donnés sont anecdotiques.

Mais toute cette fureur ravive encore une fois la perception que Facebook se préoccupe davantage de ne pas avoir l'air mal en point, plutôt que d'évaluer s'il se porte mal en point.

L'essentiel, c'est que les statistiques en disent assez long : la communauté Facebook de 2,7 milliards d'utilisateurs est gérée par une main-d'œuvre où les Noirs ne représentent que 4 % - ou 1 % si l'on considère spécifiquement les rôles des développeurs. Il n'y a rien d'anecdotique là-dedans.