F1: Hamilton, sextuple champion du monde, fond sur Schumacher

Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté le championnat du monde de Formule 1 2019 dimanche 3 novembre en se classant deuxième du Grand Prix des États-Unis. Bien qu’il reste encore deux Grands Prix cette saison, le Britannique ne peut plus être rejoint au classement. Désormais, seul l’Allemand Michael Schumacher le devance encore au nombre de victoires et de titres mondiaux.


Le titre lui a échappé de peu la semaine dernière, le 27 octobre, au Mexique. Vainqueur du Grand Prix sur l’Autodrome Hermanos Rodriguez de Mexico, Lewis Hamilton n’avait pu être sacré sur le sol d’Amérique centrale à cause de la troisième place prise par le Finlandais Valtteri Bottas, son coéquipier chez Mercedes. Le Graal ne lui a par contre pas échappé dimanche 3 novembre plus au nord.

Une deuxième place aux États-Unis synonyme de titre

Parti en cinquième position du Grand Prix des États-Unis, Lewis Hamilton ne s’est pas imposé sur la piste texane. C’est Valterri Bottas, parti en pole, qui a agité le drapeau à damier. Son coéquipier britannique, lui, a finalement pris la deuxième place. Un résultat suffisant pour mettre un terme au suspense : bien qu’il reste encore deux courses à disputer dans cette saison 2019 (au Brésil le 17 novembre, puis à Abou Dabi le 1er décembre), le titre est acquis pour Lewis Hamilton, qui a remporté dix des dix-neuf Grands Prix disputés. Il n’a été absent du podium que trois fois cette saison.

« Je ne peux pas y croire. Merci beaucoup. Je suis bouleversé. C’était une course très difficile aujourd’hui », a déclaré le champion du monde après la course. Hamilton a quand même glissé qu’il « espérait pouvoir gagner » à Elroy, dans la banlieue d’Austin, mais qu’il ne pouvait y parvenir à cause de ses pneus. L’esprit de la gagne, toujours.

À deux Grands Prix du baisser de rideau, Lewis Hamilton compte 381 points, contre 314 pour Valtteri Bottas et 249 pour le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari).

Les records de Schumacher dans sa ligne de mire

Champion du monde en 2017 et en 2018, Lewis Hamilton est le premier pilote à faire la passe de trois depuis Sebastian Vettel, qui a lui aligné quatre titres entre 2010 et 2013. A y regarder de plus près, seul un autre Allemand, Nico Rosberg, a brisé l’hégémonie du Britannique entre 2016. Car hormis cette exception, le natif de Stevenage écrase la F1 avec cinq titres sur les six dernières années.

En comptant son tout premier sacre en 2008, alors qu’il était chez McLaren, Lewis Hamilton, 34 ans, cumule donc désormais six titres de champion du monde. Le voilà désormais au-dessus d’une légende, l’Argentin Juan Manuel Fangio, quintuple champion du monde dans les années 1950 chez Alfa Romeo, Maserati, Mercedes et Ferrari.

Il n’y a plus qu’un seul homme qui domine encore Lewis Hamilton au sommet de la Formule 1 : Michael Schumacher, recordman de victoires (91 contre 83 pour le Britannique) et septuple champion du monde entre 1994 et 2004 avec Benetton et Ferrari. Hamilton tournant à une moyenne de dix victoires par saison depuis 2014, Schumi – retraité depuis 2012 et lourdement handicapé depuis un accident de ski en 2013 – verra sans doute sa place au sommet menacée la saison prochaine.