Covid-19:Essai clinique en Afrique, en colère, Nathalie Yamb se souvient

  • 07/07/2020
  • Source : Afrique sur 7
La scandaleuse vidéo sur la proposition d'un essai clinique en Afrique à propos du nouveau coronavirus continue de hérisser les poils des farouches défenseurs du continent noir. À la suite de Didier Drogba et d'autres sommités, Nathalie Yamb se remémore le vaccin contre la maladie du sommeil, qui a fait plus de mal aux Africains, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale.

Vaccin sur le coronavirus en Afrique, la mise en garde de Nathalie Yamb

 

Alors que la pandémie du coronavirus fait rage à travers le monde, l'Afrique est relativement épargnée, quoique plusieurs États africains connaissent des cas de personnes infectées, et même des morts du Covid-19.

Les chercheurs et autres scientifiques sont donc à pied d'oeuvre pour trouver un remède à cette pneumonie virale qui fait des ravages à l'échelle planétaire.

Dans l'optique de mettre en place un vaccin contre le nouveau coronavirus, le Professeur Jean-Paul Mira, Chef de service réanimation à l’hôpital Cochin, lors d’une interview sur LCI, a fait cette curieuse proposition à son interlocuteur :

« Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique où il n’y a pas de masque, pas de traitement, pas de réanimation ? »

La réponse du Professeur Camille Locht, Directeur de recherche à l’Inserm, est imparable : « Vous avez raison, on est en train de réfléchir à une étude en parallèle en Afrique pour ces mêmes types d’approches, le BCG, un placébo. »

Il n'en fallait pas plus pour susciter une vive réaction des Africains et autres internautes. Nathalie Yamb, militante de la cause panafricaine, a pour sa part, élevé une vive protestation contre tout essai clinique contre le coronavirus en Afrique.

Avant de ressasser ses souvenirs qui remontent à plus de cinq années en arrière. Dans un tweet publié ce vendredi 3 avril 2020, la Dame de Sotchi a rappelé le souvenir d'un livre :
« C'est l'histoire d'une piqûre magique, qui devait débarrasser l'Afrique d'une maladie qui décimait le continent. C'est l'histoire d'un scandale pharmaceutique oublié, enterré par les pouvoirs coloniaux de la fin des années 1950.»

Puis, la Conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly fait observer : « La méthode connaît quelques ratés - la molécule se révèle inefficace et dangereuse - mais ils ne freinent pas les médecins, au contraire. Il faut "lomidiniser" l'intégralité des populations, de gré ou de force. »

La suite, on la connaît. Ce fut en effet une véritable catastrophe humaine à l'époque. Cet essai clinique dont parlent ces deux professeurs est donc mal venu dans un continent africain qui s'active de plus en plus pour prendre son destin en main.