Burkina Faso : Rama la Slameuse transférée à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou

Auditionnée le lundi 24 juin 2019 pour blanchiment de capitaux, l’artiste Rama la Slameuse n’est pas ressortie libre après son entrevue avec le juge. Elle a été déférée à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou. Son jugement est attendu pour le mois de juillet.


Coup dur pour les partisans de l’artiste Rama la Slameuse. Entendue le lundi 24 juin 2019 au palais de justice de Ouagadougou pour blanchiment de capitaux, elle a été déférée à la maison d’arrêt et de correction. Ceci en attente de son jugement.

L’entrevue entre l’artiste et le juge a duré au moins 6 heures d’horloge. L’artiste est connue pour ses frasques sur les réseaux sociaux dont Facebook. Dernièrement, elle a fêté avec faste à coups de millions l’anniversaire de sa fille.

Elle dispose également de nombreux biens matériels. Sur les mêmes réseaux sociaux, dans des vidéos, elle exhibait de temps en temps des billets de banque. Le juge a voulu savoir d’où provenait son argent. Pour ce dernier, ce serait du blanchiment de capitaux. Mais l’artiste, depuis un moment, soutient que sa fortune provient de ses boutiques de ventes de produits divers aussi bien à Dakar au Sénégal qu’à Ouagadougou. Cette explication n’a apparemment pas convaincu le juge. Ce qui lui a valu son déferrement.

Mais, ce n’est pas tout. L’artiste trainerait d’autres vieilles casseroles. Le mandat de dépôt porte également sur le discrédit d’un acte judiciaire, l’outrage à agent, la menace de mort, la rébellion et l’atteinte à la vie privée. L’on se rappelle que le 03 décembre 2018, au cours d’un contrôle routier, l’accusée avait tenu des propos désobligeants envers les agents de police.

A la réception de la convocation du lundi 24 juin 2019, elle avait fait une vidéo dans laquelle elle s’en prenait à la justice. Elle avait invité également ses partisans à l’accompagner au palais. Son jugement est attendu pour le mois de juillet.

Dimitri Ouédraogo
Lefaso.net