Botro: Pour récupérer la plantation de son défunt père, il tente de tuer son oncle en le tailladant à la machette

En 2007, la famille Kouamé, à Zanikro, village communal de Botro, est frappée par un deuil. L’un des siens décède. Son héritage, une plantation d’anacardiers de 3 hectares, est confié à son frère, Kouamé A.H. Treize (13) ans après. Kouamé B.U., Le fils du défunt, soutient ne rien recevoir des retombés de la vente des produits de cette grande plantation. Plus grave, selon lui, son oncle, Kouamé A.H., le nargue et semble sourd à toutes ses doléances. C’est pourquoi, il décide de prendre les choses ‘’en main’’.


Le vendredi 7 février 2020, tard dans la nuit, il se munit d’une machette bien aiguisée et fonce au domicile de son oncle ‘’qui lui a ravi son héritage’’. Une fois sur place, le petit Kouamé se jette sur son oncle de 64 ans, sans grande force, et lui assène de violents coups de machette.

Le croyant mort et baignant dans son sang, il l’abandonne. Ayant réalisé l’ignoble acte, il refuse d’assumer et prend la fuite pour se réfugier dans la forêt non loin du village. Le matin du samedi 8 février 2020, le Commissaire de Police Théorat Aballet Benoît, chef de service du commissariat de Botro, est alerté de ce qu’un individu aurait tenté de tuer son oncle à la machette, dans le village de Zanikro.

Les policiers, qui y débarquent, sont aidés par plusieurs jeunes du village, dans l’après-midi du samedi, pour faire une battue dans la brousse. Après une trentaine de minutes de recherche, Kouamé B.U. est extirpé de sa cachette.

Conduit au poste de police et interrogé, ‘’l’héritier’’ explique la scène macabre et les raisons qui l’ont poussé à agir ainsi. En clair, il a voulu récupérer la plantation de son père, qui, selon lui, lui revient de droit en tant qu’héritier légitime et légal.

Pour lui, il n’a pas atteint ses objectifs, ceux de mettre fin à la vie de son oncle pour être l’unique bénéficiaire des retombées de la plantation de son oncle. Il va être déféré devant les tribunaux pour tentative de meurtre.

M’BRA Konan