Afrique du Sud : visé par une enquête pour corruption, le ministre des Finances démissionne

Le ministre sud-africain des Finances, Nhlanhla Nene, a démissionné mardi 9 octobre après sa mise en cause dans une enquête pour corruption. Son successeur a été nommé et investi dans la même journée.


Après plusieurs jours d’incertitudes et de fortes pressions politiques, Cyril Ramaphosa a annoncé avoir accepté de se séparer de Nhlanhla Nene, considéré comme un de ses proches. Il « m’a fait parvenir ce matin une lettre de démission dans laquelle il me demande de le relever de ses fonctions (…) j’ai décidé d’accepter cette démission », a-t-il déclaré devant la presse au siège du Parlement au Cap. L’ancien gouverneur de la Banque centrale, Tito Mboweni, a été aussitôt nommé et investi pour succéder au ministre des Finances.

Cette démission intervient juste après l’annonce de l’ouverture d’une enquête administrative sur le ministre des Finances qui avait reconnu la semaine dernière s’être entretenu avec les Gupta, de sulfureux hommes d’affaires proches de l’ex-président Jacob Zuma.

Ce témoignage « l’a détourné de son important devoir de servir le peuple d’Afrique du Sud au moment où nous travaillons précisément à rétablir la confiance du public envers son gouvernement », a justifié le chef de l’État.

Le ministre « n’a été directement impliqué dans aucun méfait » et a « toujours défendu la cause de la bonne gestion financière et de la gouvernance propre », a-t-il tenu à ajouter.

Revers politique

La démission du ministre des Finances constitue un revers politique pour le nouveau chef de l’État, qui s’est donné pour objectif depuis son arrivée au pouvoir en début de l’année d’éradiquer la corruption et de relancer l’économie du pays.

Une première fois titulaire du portefeuille des Finances en 2014, Nhlanhla Nene en a été écarté en décembre 2015 par Jacob Zuma. Il l’a retrouvé il y a huit mois, nommé par Cyril Ramaphosa.

Depuis plusieurs jours, les rumeurs allaient bon train sur le sort de Nhlanhla Nene, nourrissant l’inquiétude des investisseurs et des marchés financiers...


Retrouvez la suite de cet article sur jeuneafrique.com