Aboisso : Des gendarmes bloquent le corps d’un magistrat

La dépouille de l'inspecteur des services judiciaires et pénitentiaires, Jean Ehouma Kouao, a été bloquée par la brigade de gendarmerie d'Aboisso aux environs de 15h, le jeudi 6 décembre 2018, à N'Zikro, un village situé à 30 kilomètres d'Aboisso.


De fait, selon nos sources dont koaci.com, c'est à la suite d’une note du roi du Sanwi, Amon N'douffou interdisant, en ces périodes de fête d'igname, toute inhumation dans le département que la gendarmerie d'Aboisso a bloqué le convoie funèbre du magistrat à l'entrée de N'Zikro. Malgré les négociations des collègues du défunt et de ses parents, une issue favorable n'a pas pu être trouvée. 

Bien que les collègues et parents du défunt aient été reçus à la préfecture d'Aboisso par le secrétaire général de préfecture, en présence du chef de canton et du commandant de la gendarmerie pour dénouer l’écheveau, rien n’y fit.

Ils sont entrés dans une colère noire parce que pendant plusieurs heures de discussion, ils ont été informés que les enterrements ne sont possibles qu'à partir du samedi 15 décembre prochain. Les collègues et parents du défunt ont fait savoir à qui voulait les écouter  qu’ils avaient informé le préfet de la date de l'inhumation.

Selon eux, le sous-préfet de Maféré a pris part à la levée du corps à Ivosep de Treichville, ce jeudi. ‘’À la dernière minute, on vient nous dire qu'on ne peut pas passer avec le corps alors que l'inhumation est prévue pour vendredi à Koffikro Affema", a grogné l'un des parents du défunt qui a soutenu que la dépouille a été abandonnée à la gendarmerie d'Aboisso, pour finir.

Dominique FADEGNON