Abobo : Une opératrice économique sort de sa chambre en sang et meurt dans son salon

Un décès aux contours pour le moins curieux, a été enregistré dans un domicile situé dans les environs de l'établissement scolaire Cma, à N'dotré, dans la commune d'Abobo. Et la défunte est une opératrice économique d'une quarantaine d'années, répondant au nom de Fanta K.


Nous sommes à la date du mercredi 30 octobre 2019. Et selon nos sources, alors que le jour pointe déjà, on voit Fanta K. subitement sortir de sa chambre, dans un état des plus piteux. Le drap qui recouvre à peine sa nudité totale, est trempé de sang. Et la pauvre saigne abondamment des parties génitales.

Une de ses parentes, dame S.M, présente à la maison, est totalement affolée au vu de son état. Tremblant de tous ses membres, elle demande à l’opératrice économique, ce qui lui arrive. Pour toute réponse, cette dernière lui demande plutôt, de lui apporter immédiatement un seau d'eau, pour qu'elle se rince et se débarrasse de ce sang qu'elle perd énormément.

Mais à peine achève-t-elle sa requête, que Fanta K., visiblement affaiblie, s'écroule dans le salon de la maison. Prise de panique, dame S.M alerte le voisinage, de par ses cris stridents de détresse.

Les voisins, qui ne restent pas insensibles à ces appels à l'aide, accourent. Et là, tous découvrent Fanta K. étendue à même le sol, inerte, sans réaction. Elle est morte en fait. Les autres en font le triste constat. Il n'y a donc plus rien à faire. La cour est en branle.

Immédiatement saisis, des éléments de la police se déportent sur les lieux et découvrent, eux aussi, le corps sans vie. La pauvre femme, en plus de continuer de saigner des parties intimes,présente au poignet gauche et dans le cou, de profondes entailles probablement faites à l'arme blanche.

Poursuivant leur constat, les flics pénètrent dans la chambre à coucher de la défunte. En ces lieux, ils sont accueillis par l'insoutenable image d'une mare de sang dans le matelas et dans les draps de lit complètement imbibés du liquide vital.

Après la certification du décès par un médecin venu en compagnie des policiers, ces derniers s’intéressent aussitôt aux contours du drame. Mais les membres de la famille interrogés, répondent ne vraiment rien savoir. A part que dame Fanta K. est sortie de sa chambre avec du sang partout sur elle. C'est tout.

Mais qu'est ce qui a bien pu se passer ? Pourquoi l'opératrice économique saignait-elle tant ? Et notamment du sexe. Comment expliquer la présence de ces blessures faites à l'objet tranchant, dans son cou et sur son poignet ? Bien bizarre tout ça.

En attendant donc que l'enquête policière éclaire sur cette mort aux contours assez flous, le corps sans vie est, lui, ce jour-là, enlevé par les services des pompes funèbres et déposé à la morgue d'Anyama.

KIKIE Ahou Nazaire