26 suspects en détention après l'explosion d'une usine chimique en Chine

La police chinoise a placé en détention un total de 26 suspects dans le cadre de l'enquête sur l'explosion d'une usine chimique, qui a fait 78 morts le mois dernier dans l'est du pays, ont annoncé lundi les autorités locales.


L'énorme explosion, qui a également fait des centaines de blessés et des dégâts dans un rayon de plusieurs kilomètres, est l'un des plus graves accidents industriels de l'histoire du pays.

La police a pris des "mesures pénales coercitives" à l'encontre de 17 suspects, a annoncé la commune de Yancheng (province du Jiangsu) sur les réseaux sociaux. Les autorités avaient déjà fait état de trois, puis de six autres interpellations à la suite de l'explosion du 21 mars.

Figurent dans le dernier groupe de suspects des employés de la société Jiangsu Tianjiayi Chemical, où s'est produite la déflagration, et des membres d'une tierce partie qui n'a pas été identifiée. L'entreprise avait dans le passé été épinglée à plusieurs reprises pour des manquements à la réglementation en matière d'environnement, selon les autorités locales. Le gouvernement chinois a ordonné une enquête nationale sur la sécurité dans l'industrie chimique à la suite de ce nouvel accident.

Pas moins de 187 blessés sont toujours traités par les hôpitaux plus de trois semaines après la catastrophe. Plus de 500 personnes avaient été hospitalisées immédiatement après. Cet accident industriel est le plus grave à frapper la Chine depuis l'explosion d'un complexe chimique qui a fait au moins 165 morts en 2015 dans la ville portuaire de Tianjin (nord).