Sénégal: décès à Paris du secrétaire général de la Raddho

Aboubacry Mbodji qui était à la tête de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho), est mort ce jeudi 5 janvier à Paris des suites d'une longue maladie. Au Sénégal, la Raddho est l'une des organisations phares en matière de défense des droits de l'homme.

Anthropologue et sociologue, Aboubacry Mbodji était depuis 2012 le président de la Raddho. La Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme est une organisation panafricaine créée en avril 1990, par des enseignants et chercheurs de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar. Agé d'une soixantaine d'années, Aboubacry Mbodji est mort à Paris, des suites d'une longue maladie.

Pour Alioune Tine, directeur d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Ouest et du centre, et ancien président de la Raddho, Aboubacry Mbodji a toujours été un militant des droits de l'homme. Etudiant, il était de toutes les réunions mettant en place la Raddho, a-t-il ajouté. Courageux, honnête, ayant de fortes convictions, rigoureux : voici ce que ses collègues disent de lui.

La Raddho travaille pour la défense et le droit des victimes, en leur fournissant notamment une assistance juridique et judiciaire. L'organisation panafricaine est membre depuis 2004 du réseau d'ONG de la FIDH, la Fédération internationale des droits de l'homme. La Raddho est l'une des organisations de défense des droits de l'homme très active dans la région.


Retrouvez la suite de cet article sur rfi.fr